Aujourd'hui,
URGENT
Médias: un incendie a ravagé ce matin les  locaux de la télévision BF1. Pas de blessé, mais d'importants dégâts matériels.
Burkina: le secteur minier, c’est 71% des recettes d’exportation,  50 tonnes d’or produites en 2019 qui ont rapporté 1420 milliards FCFA.
Mines: en 2020, l’exportation d’or a rapporté près de 2 000 milliards de FCFA au Burkina (Oumarou Idani). 
Covid-19: un nouveau décès et 83 nouveaux cas à la date du 12 janvier 2021 au Burkina Faso. 
Mali: trois Casques bleus ivoiriens tués quand leur véhicule a sauté sur une mine dans la région de Tombouctou (Officiel). 
Burkina: la NAFA félicite le président Kaboré pour la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et encourage Zéphirin Diabré. 
Burkina: le couvre-feu prolongé de 45 jours dans la région du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 
États-Unis: 20 000 soldats de la Garde nationale déployés à Washington pour l'investiture de Joe Biden (médias). 
États-Unis: Donald Trump devient le premier président sous l'objet d'une deuxième procédure de destitution dans l'histoire du pays.
Covid-19: 184 nouveaux cas et 3 décès à la date du 11 janvier 2021 au Burkina.  

POLITIQUE

Le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d’opposition, est suspendu pour une durée de trois mois, selon un arrêté du ministère en charge de l’Administration territoriale publié ce 12 novembre 2019

«En application de l’article 30 de la loi N°032-2001/AN du 29 novembre 2001 portant charte des partis et formations politiques au Burkina Faso, les activités du parti politique dénommé «Front patriotique pour le renouveau» (FPR) sont suspendues, à titre conservatoire, au motif que les propos tenus par Monsieur Aristide Ouédraogo, président du FPR, lors des déclarations publiques des 3 et 11 novembre 2019 portent atteinte aux dispositions des articles 3, 4, 20 et 21 de la loi ci-dessus mentionnée», peut-on lire sur l’arrêté signé du ministre en charge de l’Administration du territoire. 

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Aristide Ouédraogo réclamait la démission de l’exécutif. Sur le plateau de nos confrères de 3TV le 11 novembre 2019, il s’était montré tout aussi intraitable, en exigeant la démission du chef de l’Etat. «Nous sommes arrivés à la conclusion que le gouvernement actuel ne peut plus conduire le Burkina Faso. Le peuple se doit d’engager la résistance par rapport à la direction du pouvoir actuel. Je ne demande pas de répéter l’insurrection populaire, mais ne serait-ce qu’à travers les grèves, le peuple peut engager une résistance populaire civile», avait-il conseillé.

Il a ajouté : «Nous demandons la démission du président du Faso pour mettre en place un gouvernement dirigé par l’armée et les civils». 

La suspension est de trois mois. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir