Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

image d'archives

POLITIQUE

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé dans la soirée du 4 décembre, la première édition de la nuit de l’anti-corruption. Une nuit initiée par l’Autorité supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption, dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de lutte contre la corruption. L’objectif était d’offrir une tribune d’interpellation pour une prise de conscience individuelle et collective sur les méfaits dévastateurs du fléau de la corruption. Le président Kaboré a félicité l’ASCE/LC pour cette soirée de sensibilisation.

« La corruption empêche le développement de nos Etats. De ce point de vue, il est important que nous soyions tous engagés dans ce combat », a déclaré le président du Faso. Pour lui il s’agit d’un combat qui engage tous les burkinabè à tous les niveaux : l’Etat, l’ASCE/LC, la justice, les citoyens. « Notre engagement dans la lutte contre la corruption est sans faille. Nous considérons simplement qu’en tout état de cause, nul n’est au-dessus de la loi. Il faut que nous puissions donner l’ensemble des moyens nécessaires à l’ASCE/LC pour le travail », a poursuivi le président Roch Marc Christian Kaboré.

Pour Luc Marius Ibriga, contrôleur général d’Etat, cette commémoration nationale qui se tient sous le thème : « Responsabilité individuelle et collective dans la lutte contre la corruption », interpelle sans équivoque chaque citoyen burkinabè. « Chaque citoyen devrait s’interroger sur sa propre responsabilité dans l’état actuel de la corruption dans son environnement » a ajouté le contrôleur général d’Etat.

Les autorités coutumières et religieuses ont, à travers leurs représentants, lancé un appel à toute la population, pour un bannissement de la corruption dans tout comportement, car aucune religion ou coutume ne prône la corruption.

Les enfants également concernés par la lutte, ont adressé un message au président Kaboré. Ils demandent en effet au président du Faso une éducation fondée sur les valeurs d’antan qui ont donné le nom de leur patrie. « Léguez-nous un Burkina féru de transparence et de bonne gouvernance, car nous voulons être des citoyens dignes de la patrie des hommes intègres » ont-ils plaidé.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir