Aujourd'hui,
URGENT
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 
Burkina: le 1er ministre, Christophe Dabiré, a signé le mercredi 29 juillet 2020, un décret portant réouverture des frontières aériennes. 
Covid-19: la République populaire de Chine offre 46 respirateurs au Burkina Faso. 
Ouagadougou: plus de 200 moutons mis en fourrière par la police municipale à la veille de la Tabaski.   
Covid-19: les pertes du tourisme mondial s'élèvent à 320 milliards de dolllars (Organisation mondiale du tourisme).  

POLITIQUE

Après six mois de demandes répétées, Djibrill Bassolé a obtenu l’autorisation d’être évacué vers la France afin d’y être soigné. L’avion de l'ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso a quitté Ouagadougou mardi soir.

Condamné à dix ans de prison ferme pour le putsch manqué de 2015, le général de gendarmerie a été autorisé à quitter le Burkina Faso pour venir se soigner à Paris. Il a versé une caution de 30 millions de Francs CFA (46 000 euros environ).

L'ancien ministre des Affaires étrangères, le général Djibrill Bassolé, condamné à 10 ans de prison pour son implication dans le coup d'Etat manqué de 2015 au Burkina Faso, a été évacué mardi soir en France pour des «raisons sanitaires».

«Décollage validé. (…) C'est dans les adversités que les Grands Hommes s'illustrent à travers la sagesse et la valeur des actes et des entreprises qu'ils posent. (…) Bon vol Excellence. Meilleure santé», a écrit sur sa page Facebook Aziz Dabo, le secrétaire exécutif adjoint de la Nouvelle alliance du Faso, le parti qui soutient Djibrill Bassolé

Puis il a expliqué à l’AFP: «Il a finalement bénéficié d'une autorisation de sortie du parquet militaire pour aller se faire se faire soigner. Il a donc quitté le Burkina Faso ce soir à bord d'un vol régulier, aux environs de 23h50 pour des soins en France.»

«Compte tenu de son état de santé assez aggravé, une audience de la chambre d'appel devra statuer sur une remise en liberté provisoire» pour lui permettre de se soigner pendant le temps qu'il faudra», a-t-il poursuivi.

À 63 ans, Djibrill Bassolé souffrirait d’un cancer du péritoine. Une photo le montrant très diminué avait fait le tour des réseaux sociaux la semaine dernière alors qu’il venait d’être transféré au centre hospitalier universitaire de Tengandogo.

En France, celui qui est accusé d'être l'un des cerveaux du putsch du 16 septembre 2015 (qui avait 14 morts et 270 blessés) devrait être interné dans un centre d'oncologie spécialisé où il recevra des soins pour un cancer. 

D’après RFI, qui cite «plusieurs sources», la France aurait pesé pour permettre cette évacuation. Les autorités françaises lui ont accordé lundi un visa de trois mois renouvelable. Djibrill Bassolé a  rendez-vous ce mercredi dans un hôpital de la banlieue parisienne spécialisé dans le traitement du cancer pour y être rapidement pris en charge.

Le général Bassolé avait déjà été autorisé à se rendre en Tunisie, de mars à avril 2018, pour des soins. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir