Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: au moins 25 terroristes neutralisés les 11 et 13 septembre 2020 dans le Soum et le Loroum (Etat-major des armées).
Burkina: 65 partis politiques soutiennent la candidature du président Roch Kaboré, selon le MPP, parti au pouvoir. 
Elections 2020: la date limite de dépôt le 22 septembre pour les législatives et le 2 octobre pour la présidentielle au Burkina.
Burkina: Ouaga enregistre 541 266 candidatures, soit 41,95% du nombre total pour les concours directs de la Fonction publique/2020.
Burkina: 1 290 142 candidatures enregistrées pour 4 721 postes à pourvoir pour les concours directs de la Fonction publique /2020.
Présidentielle/2020: des jeunes collectent 8 millions de Fcfa pour payer la caution du candidat Roch Marc Christian Kaboré.  
Burkina: l’ancien premier ministre Yacouba Isaac Zida sera investi comme candidat à la présidentielle le 25 septembre.
Burkina: le dialogue avec les groupes armés, une «nécessité humanitaire», selon le CICR.
Justice: le juge des référés ordonne l’interdiction immédiate de l’utilisation de l’identité et du logo du CDP par Mahamadi Kouanda. 
Elections 2020: 1 122 554 nouvelles personnes enrôlées pour un total de 6 492 026 électeurs au Burkina Faso. 

POLITIQUE

Le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire mènent depuis le 13 mai 2020, une opération conjointe de sécurité dénommée «Comoé» dans la zone frontalière entre les deux Etats, rapportent nos confrères de l’Agence d’information du Burkina (AIB).

«L’opération "Comoé" a déjà permis de mettre en déroute des terroristes. En effet, cette opération a permis de démanteler une base des terroristes et de saisir des matériels, notamment des armes et des téléphones portables», rapporte l’agence.

«Ainsi, les deux armées entendent mutualiser leurs forces pour faire face au terrorisme transfrontalier», poursuit la même source.

Vendredi 22 mai 2020, le chef d’Etat-major des armées du Burkina Faso, le général Moïse Miningou, et son homologue ivoirien, le général Lassina Doumbia qui se sont rencontrés à Kafolo, en terre ivoirienne pour faire le bilan de l’opération. 

Mais selon d’autres sources médiatiques, l’opération aurait pu connaitre un meilleurs succès si l’information n’avait pas fuité côté ivoirien, permettant à la majeure partie des terroristes présumés de prendre la poudre d’escampette.  «Les forces burkinabè avaient pour mission de couper toute voie de retraite dans le sud de leur pays. Mais une fuite organisée par un officier supérieur ivoirien a fait capoter l’opération», précise par exemple Jeune Afrique.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir