Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

POLITIQUE

Ce communiqué de presse du Réseau national de lutte anti-corruption est relatif à l'affaire Jean-Claude Bouda détenu à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou. Dans ledit communiqué, le Ren-Lac apporte un éclairage sur les débats de forme en cours et donne sa position de principe.

«Au-delà des débats de forme portant sur les questions de procédure, le plus important pour le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) dans cette affaire, c’est le jugement au fond. C’est ce qui permettra de faire toute la lumière.

Le 16 juillet dernier, la chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Ouagadougou a examiné le recours introduit en appel, le 28 mai, par les avocats de Jean-Claude Bouda, ex ministre de la Défense et des Anciens combattants, contre les ordonnances du juge d'instruction du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Ouagadougou. Il s’agissait notamment de l’ordonnance d'incompétence partielle et de l’ordonnance de placement en détention préventive de l’ex ministre, rendues respectivement les 20 et 26 mai 2020. 

Retenu et débattu par la chambre d’instruction de la Cour d’Appel à l’audience du 16 juillet, le dossier a été mis en délibéré pour le 30 de ce mois.

L’argument des avocats de M. Bouda se fonde sur le fait que la plainte introduite auprès du Procureur du Faso, en avril 2019, par le REN-LAC contre l’ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants, visait des infractions qui ne sont pas détachables de sa fonction de ministre. 

Cette plainte contre M. Bouda portait sur des faits de délit d'apparence, d’enrichissement illicite, de fausse déclaration d'intérêts et de patrimoine et délit d'acceptation de cadeaux indus. 

Ces faits se fondaient essentiellement sur l’acquisition d’un patrimoine immobilier somptueux par l’ex ministre de la Défense et des Anciens combattants. Selon les autorités judiciaires, le coût de ce patrimoine s'élève à plus de 250 millions de FCFA. Pourtant, au moment de l’acquisition, Jean-Claude Bouda n’avait que trois ans de fonction et ne touchait qu’un salaire mensuel de 1 023 320 FCFA. Dans sa déclaration d'intérêts et de patrimoine, ce bien ne figurait nulle part. Et les ressources qu’il avait déclarées ne pouvaient non plus lui permettre une telle acquisition.

Juger l’affaire au fond

Finalement, le juge d’instruction n’a retenu, parmi les infractions visées par le REN-LAC, que les faits de délits d’apparence, en y ajoutant d’autres infractions telles que le blanchiment des capitaux et le faux et usage de faux en écriture privée.

Par ailleurs, il a rendu une ordonnance aux fins d’incompétence partielle pour les faits de fausses déclarations d’intérêts et de patrimoine. D’après lui, cela relèverait plutôt de la compétence de la Haute Cour de Justice. Le REN-LAC en a pris acte.

Le second argument avancé par les avocats de M. Bouda est que le juge d’instruction a violé la loi en se déclarant partiellement compétent pour connaître de ce dossier. Pour eux, les faits tels que décrits sont de la compétence de la Haute Cour de Justice. 

En dépit de ces débats juridiques sur les questions procédurales, ce qui importe pour le REN-LAC, c’est le jugement de l’affaire au fond. C’est pourquoi, le Secrétaire exécutif Sagado Nacanabo estime que « ce serait très grave pour l’opinion, si pour des débats de forme, Jean-Claude Bouda venait à bénéficier d’une impunité. » 

Il s’avère donc indispensable pour la Justice de mettre tout en œuvre, afin que l’ex ministre de la Défense et des Anciens combattants soit jugé conformément aux lois et règlements en vigueur. S’il arrive à apporter la preuve de son innocence lors du jugement, il sera relaxé. Mais, au cas contraire, il devra être sanctionné à la hauteur de son forfait.»

Fait à Ouagadougou le 19 juillet 2020

Le Secrétariat exécutif du REN-LAC

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir