Aujourd'hui,
URGENT
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.
Paludisme : environ 9,8 millions de cas de  enregistrés au Burkina au cours de l'année 2016 (PNLP). 
Santé: le paludisme a tué, l'an dernier, 4.000 personnes dont 3.000 enfants au Burkina (PNLP).
Ouaga : des commerçants manifestent devant le palais de justice pour demander la libération de l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé.
Enseignement : le Président du Faso offre 3025 livres d’une valeur de 56 millions de F CFA aux universités publiques du Burkina Faso.
France: le candidat des Républicains, François Fillon, appelle à voter pour Macron au second tour.
France: Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour de la présidentielle  (Estimation).
Football:  le président de la FBF, Sita Sangaré,nommé membre de la commission de développement de la FIFA.
Immigration: partis en Libye à la recherche de l’eldorado, 154 burkinabè ont été rapatriés ce 20 avril au Burkina.
Médias: après 4 ans d’interruption, la radio rurale a officiellement redémarré ses activités, le 20 avril 2017.

Des membres du Syndicat national des travailleurs de la Culture (Synatract) ont observé un sit-in dans la matinée du vendredi 24 février 2017 devant le siège de leur ministère. Ils entendent ainsi utiliser la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) comme un moyen de pression pour voir sa plateforme revendicative prise en compte.

Cette mise au point de la police nationale est relative à la rumeur selon laquelle des policiers auraient brutalisé le proviseur du lycée d’un département de la province du Yagha, ce qui avait entrainé un mouvement d’humeur de certains de ses collègues de Sebba et de Mansila.

De janvier 2014 à nos jours, 15 cas graves de pratique illégale de la profession de médecin ont été dénoncés par le Conseil régional de l’Ordre des médecins de Ouagadougou (CROM-O). Pour le Pr Charlemagne Ouédraogo, président de l’Ordre régional, des plaintes ont été déposées et certaines personnes appréhendées ont été jugées et déférées à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco). Au cours du point du presse tenu ce jeudi 23 février 2017 à cet effet, il également indiqué que l’instance de régulation de la profession fera de tout son mieux pour mettre hors d’état de nuire « ces faux médecins ».

La gendarmerie nationale a procédé, ce jeudi 23 février 2017 au camp Paspanga de Ouagadougou, à la remise de décorations à leurs personnels au titre de l’année 2016. Au total, 593 militaires de la gendarmerie (soldats de rang, sous officiers et officiers) ont reçu leur médaille au cours d’un cérémonial présidé par le Chef d’Etat major de la gendarmerie nationale, le Colonel-Major Tuandaba Coulibaly.

Le Syndicat national des agents des finances (Synafi) annonce une grève de 120 heures à compter du lundi 27 février 2017. Face aux hommes des médias ce jeudi 23 février, le Synafi s’est indigné du «non-respect» des engagements pris par les autorités du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement en vue de la satisfaction de sa plate-forme revendicative.

Selon l’Organisation non gouvernementale Amnesty international, «le Burkina Faso est l’un des pays au monde à avoir enregistré le taux le plus élevé de mariages précoces et forcés». C’est du moins ce qui ressort de son rapport 2016-2017 sur la situation des Droits humains dans le monde présenté à la presse ce mercredi 22 février 2017 à Ouagadougou.

Il est de toute évidence que l’essor de l’art dans l’espace public dans la sous région Ouest-africaine, est en partie dû au festival «Rendez-vous chez nous». Si l’ensemble des festivaliers étaient fascinés par ces représentations artistiques qui leur ont été servies lors de l’étape de Ougadougou, il n’en demeure pas moins que l’autre attraction, était le géant globe terrestre, recouvert de photos d’enfants des quatre coins du monde, installé en plein cœur de la place de la femme. Cette création s’inscrit dans le cadre du projet «Un monde plus juste».

L’archidiocèse de Ouagadougou en partenariat avec le groupe Bayard Afrique et les médias catholiques diocésains a présenté ce lundi 20 février 2017 à la presse, une offre de service mobile dénommée « Prières Catho Mobile ». Selon le Cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque  métropolitain de Ouagadougou qui a présidé cet échange avec la presse, « Prières Catho Mobile » permettra aux fidèles de recevoir chaque jour par SMS des prières et des brèves sur la vie de l’Eglise du Burkina et de celle universelle.

Les conférenciers avec au centre le coordonnateur de l’association des sinistrés de la SNC 2016 Jean Kaboré (Photo. SM)

Les victimes de l’incendie qui a eu lieu le 29 mars à la foire commerciale de la Semaine nationale de la culture (SNC), édition 2016, ont rencontré la presse dans la matinée du mardi 21 février 2017. Objectif : interpeller le gouvernement et prendre à témoin l’opinion publique à propos de leur dédommagement qui ne vient toujours pas, un an après.

La coordination des comités de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) des péages, était face à la presse ce mardi 21 février 2017, à la bourse du travail à Ouagadougou. Il était question à travers cette conférence de presse, de confirmer le maintien du mot d’ordre de grève et d’autre part de sonner la mobilisation à l’endroit de tous les agents des péages, sur toute l’étendue du territoire nationale.

Une délégation de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder) a été reçu ce mardi 21 février 2017 à Ouagadougou par l’Unité d’action syndicale. A l’ordre du jour, la présentation de la Coder et ses priorités.

Une vue des manifestants. (Photo SM)

Contre le projet de bornage du site d’un hôpital dans leur quartier, une partie de la population du secteur 33 de la ville de Bobo-Dioulasso a marché sur la mairie de l’arrondissement n° 4, dans la matinée du lundi 20 février 2017. Après une séance de discussion en plein air avec le maire Bakoné Millogo, les manifestants ont fini par accepter les explications de ce dernier qu’ils soupçonnaient pourtant de vouloir les déposséder de leurs parcelles.