Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

SOCIETE

Une opération conjointe menée par les éléments de la douane, de la gendarmerie, de la police nationale et municipale «avec le concours de la population» s’est déroulée du 24 au 26 mars dernier dans la région du Centre. Elle a permis de saisir 104 fûts de 200 litres de carburant, 357 bidons de 25 et 30 litres, soit plus de 30 000 litres de carburant. Le butin saisi a été présenté à la presse ce lundi 27 mars 2017 à Ouagadougou par le comité chargé des actions directes dans le cadre de la lutte contre la fraude.


Trois stations-service ont été mises sous scellés pour manquement aux règles d’exploitation et non-respect de la législation en vigueur en matière de vente de produit pétrolier et une autre station est en cours de contrôle. Deux stations à Ouagadougou dans le quartier «Théâtre populaire» et une dans la commune de Zitenga, dans le Plateau central, sont les stations mises sous scellées. Selon le directeur régional de la douane du Centre, Grégoire Dabiré, les moyens de transport et de stockage de ces produits n’ont pas non plus échappé aux saisies, d’où la cinquantaine de fûts vides saisis.

Pendant trois jours, explique-t-il, les éléments de la douane, de la gendarmerie, de la police nationale et municipale ont parcouru trois grands centres de stockage du carburant. Il s’agit de la ville de Ouagadougou, Kombissiri et de Ziniaré et cela a donné un résultat satisfaisant. «Nous nous sommes surtout intéressé aux sites de stockage que nous supposons dangereux pour les populations riveraines que nous avons le soucis de protéger. Le résultat est satisfaisant et nous espérons avoir permis aux populations de prendre conscience des méfaits du carburant mal stocké sur leur état de santé et aussi sur leur environnement», s’est réjoui le directeur régional.

La provenance du carburant
Pour ce qui est de la provenance du carburant, le commandant du groupement de la gendarmerie départementale de Ouagadougou, Sam Djiguiba Ouédraogo, a précisé que le produit vient aujourd’hui de beaucoup de pays pétroliers. «Dans de telles circonstances, on tient compte du coût à l’intérieur de chacun de ces pays. Sans forcément dire que ça vient du Ghana, du Nigéria et du Bénin, tout laisse croire que, quand le prix est assez bas, cela va de soi que les gens cherchent à s’approvisionner pour venir revendre cher. Le carburant vient d’un peu partout, selon la proximité et le coût», a-t-il expliqué. Il a indiqué que la Sonabhy, ayant le monopole du carburant, est la seule habilitée au contrôle du carburant avant de le mettre sur le marché d’où le carburant saisi fera l’objet de la procédure habituelle de la saisine de la Sonabhy.

Que prévoit la loi?
Aux dires du directeur régional de la douane, Grégoire Dabiré, les hydrocarbures sont des produits spécifiques très sensibles qui doivent obéir à une certaine qualité et la loi prévoit que seule la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures puisse homologuer un produit et le mettre sur le marché. «Selon la loi, on ne devait pas trouver du carburant sur les bords des étals, à l’intérieur des marchés et dans les lieux d’habitation ni le mettre à la consommation avant d’être contrôlé par la Sonabhy», a-t-il martelé. Le carburant saisi est évalué à environ 20 millions de FCFA.

Somme qui ne prend pas en compte la valeur des produits stockées dans les quatre stations sous scellés. Cette opération a permis aussi d’interpeller une quinzaine de personnes. «Pour les peines que les contrevenants encourent, la justice va déterminer le niveau de peine à infliger aux délinquants. Quant aux fraudeurs assimilés à ses délinquants, ils feront aussi l’objet d’une procédure» a conclu le commandant du groupement départemental de la gendarmerie de Ouagadougou. Il faut retenir que cette opération se poursuivra régulièrement.

Ylkohanno Somé

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé