Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

Le Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina Faso (SATB) a animé une conférence de presse ce mercredi 19 avril 2017 centrée sur les luttes qu’il entend mener dans le cadre de la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs du Trésor public. Le syndicat entend observer un sit-in de 72 heures à partir du 24 avril prochain sur toute l’étendue du territoire.


«Vu le manque de volonté manifeste de l’administration de résoudre nos préoccupations, nous ne pouvons pas continuer à mener un dialogue qui ne produit pas de résultat. Par conséquent, le Bureau national du SATB appelle les travailleurs de la direction générale du Trésor et de la comptabilité publique à observer un sit-in du 24 au 26 avril de 7h à 14h sur toute l’étendue du territoire national». C’est par cette déclaration que le secrétaire général du SATB, Séni Koanda, a annoncé leur mouvement d’humeur. Il a indiqué que ce mouvement sera élargi aux Consulats et Ambassades du Burkina à l’étranger pour exiger une satisfaction de leur plateforme revendicative minimale.

Et de préciser que: «si, à l’issue de cet arrêt de travail, une réponse sérieuse n'est pas donnée à la plateforme, le syndicat engagera des grèves courant mai 2017.»
Selon M. Koanda, sur l’ensemble des points de la plateforme globale, les négociations n’ont rien apporté en termes de satisfaction. Le bureau du SATB, nonobstant la forte pression de la base et dans l’optique de toujours privilégier le dialogue social, dit avoir fait le choix de contre argumenter lesdites réponses d’une part et d’élaborer une plateforme revendicative minimale en 19 points à soumettre à l’administration d’autre part.

Ces points sont entre autres l’institution d’un statut autonome de l’agent du Trésor, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de carrière, l’opérationnalisation de toutes les trésoreries dans les 45 provinces et dans les nouvelles perceptions, le renforcement des effectifs du personnel, la garantie de la sécurité des agents dans l’exercice de leur fonction.

Aux dires du secrétaire général du SATB, depuis un certain temps, le syndicat fait l’objet de dénigrement et d’acharnement de la part de certaines autorités du pays. Il a par ailleurs dénoncé le «comportement peu critique et peu responsable des premiers responsables du département qui ont passé tout leur temps à faire du dilatoire». A titre d’illustration, il est revenu que la déclaration du maire de Bobo-Dioulasso sur le traitement des salaires.

A ce niveau, M. Koanda a laissé entendre qu’en aucun cas, les agents du Trésor de Bobo n’ont bloqué les salaires des travailleurs parce que, justifie-t-il, «nous, au Trésor, le salaire du travailleur est capital et dans toutes nos actions, nous n’entreprenons pas des actions allant dans le sens de compromettre ou de mettre en otage les salaires des travailleurs. Ce sont des propos politiques qui engagent les auteurs.»

Sur la question du fonds commun, M. Koanda a affirmé que ce n’est pas une propriété privée du ministère de l’Economie et Finance ni un effet de mode. «Ce n’est pas un effet de mode: c’est au regard des préoccupations posées par les travailleurs que nous avons utilisé le dialogue social pour aboutir à la satisfaction de nos préoccupations qui sont restées sans suite favorable», a-t-il expliqué. Et Issouf Soubeiga de renchérir en ces termes: «notre administration a toujours ce dilatoire à servir aux organisations syndicales. Nous allons utiliser la force, les moyens que nous avons pour raisonner l’administration».

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé