Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

Les agents du Syndicat autonome du Trésor du Burkina Faso (SATB) sont hors de leurs bureaux depuis ce matin du 24 avril et ce, jusqu’au 26 avril prochain. Ils observent un sit-in de 72 heures sans service minimum sur toute l’étendue du territoire. Ces agents exigent la satisfaction totale de leur plateforme revendicative minimale déposée devant les autorités depuis 2016.


Malgré les négociations avec le gouvernement, le SATB maintient ce sit-in pour exiger la satisfaction totale de sa plateforme revendicative minimale, a laissé entendre le secrétaire général adjoint de la section de Koulouba, Harouna Sawadogo. De ses explications, il ressort que la plateforme a été déposée depuis 2016 mais sans suite favorable. «Elle a été déposée depuis 2016 et jusqu’à présent nous avons tenu à rappeler au gouvernement la satisfaction de notre plateforme et à nos jours rien n’a été fait; donc, nous tenons à aller en mouvement pour leur signifier notre détermination à satisfaire nos revendications», a-t-il justifié.

Concernant les conséquences que ce sit-in sans service minimum pourrait engendrer au niveau du fonctionnement de l’Etat ou de ses institutions, M. Sawadogo a indiqué que le gouvernement a été prévenu pour éviter ce disfonctionnement. Mais, il a précisé que les salaires des fonctionnaires ne seront pas pris en otage. «Nous tenons à dire que en ce qui concerne les salaires des travailleurs, nous allons prendre des dispositions pour qu’ils soient payés dans les meilleurs délais», a-t-il lancé.

S’agissant de leur plateforme revendicative, le Harouna Sawadogo a notifié qu’au départ, c’était une plateforme générale de 32 points qui a été réduite en 19 points pour demander la satisfaction de ces 19 points. Et c’est dans cette plateforme revendicative minimale, que le SATB exige entre autres l’institution d’un statut autonome pour l’agent du Trésor, l’établissement d’un plan de carrière pour les agents du Trésor et l’opérationnalisation des trésoreries principales dans les 45 provinces du pays.

«Si après ce sit-in de 72 heures nous n’obtenons pas satisfaction, d’autres mesures viendront par la suite pour renforcer la détermination de notre mouvement. Par conséquent, nous demandons au gouvernement de se pencher sérieusement sur nos préoccupations afin de les satisfaire» a conclu le secrétaire général du SATB.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé