Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

SOCIETE

La Brigade de recherche du Commissariat central de police de la ville de Ouagadougou (CCPO) vient de mettre hors d’état de nuire un réseau de malfrats spécialisé dans le vol d’engins à deux roues, d’ordinateurs portables et de téléphones portables de grande valeur. Ce gang écumait les zones de Boins-Yaar, Katr-Yaar, ZAD, Dassasgho, Goudrin, Gounghin, Ouaga 2000, Tampouy, Wapassi et environs.


En effet, suite à une plainte le 31 janvier 2017 contre six individus pour vol à mains armées, une enquête fut ouverte par la Brigade de Recherche afin de retrouver les auteurs dudit vol. Des investigations entamées permettront d’interpeller les personnes composant le gang. Ce sont : Bonkoungou Issa alias « De la Yo », 23 ans, artiste musicien domicilié au Secteur 19 de la ville de Ouagadougou, Sampébré Philibert, 19 ans, employé de commerce, domicilié au Secteur 32 de la ville de Ouagadougou. Les nommés Kaboré Inoussa, Sidiki, Hamado, Alphonse, Madi et Assami, également membres du groupe en cavale, sont activement recherchés par nos services.

Les membres de ce groupe se promènent à moto à des heures tardives dans la ville de Ouagadougou soit en un, deux, ou trois binômes, identifient leurs victimes qui sont généralement des gens qui ont des motos de grande valeur communément appelées « originale ». Puis, ils leur tendent un guet-apens une fois la nuit tombée et au détour des ruelles sombres et isolées où ils provoquent un accident avec celles-ci. Ils les tiennent en respect à l’aide d’armes automatiques et de machettes et récupèrent tous les objets de valeur en plus de la motocyclette. En cas de résistance des victimes, ils tirent sur elles, les sabrent ou font des tirs de sommation.

Les biens suivants ont été saisis entre leurs mains: 3 machettes, 54 portables, 8 appareils photos, 2 ordinateurs portables, 3 IPAD, 3 motocyclettes, une télé écran plasma, etc.
La police invite une fois de plus les citoyens à collaborer en dénonçant tout cas suspects aux numéros verts suivants: le 17 pour la Police Nationale, le 16 pour la Gendarmerie Nationale et le 1010 pour le Centre National de Veille et d’Alerte.

Source : DCRP/Police nationale
   



Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé