Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la Coodination des syndicats du ministère de l'économie et des finances (CS-MEF) empêchée de tenir son piquet de grève (CGT-B)
Mali: au moins douze morts à Boulikessi, près du Burkina Faso (RFI)
Afrique: le Zimbabwe a postulé pour rejoindre le Commonwealth qu’il avait quitté au début des années 2000
Burkina: Human Rights Watch dénonce des meurtres commis par des terroristes et l’armée burkinabè(rapport)
Burkina: un soldat de la GSPR tue sa copine avant de se suicider, une enquête ouverte par la gendarmerie 
Basnéré (Soum) : un catéchiste et son épouse enlevés dimanche 20 mai 2018
Niger: 17 morts lors d’une attaque à Aghay, près de la frontière malienne (RFI)
Hadj 2018: le délai des inscriptions prolongé à la fin du Ramadan (communiqué)
Galian 2018:  Dabadi Zoumbara des Editions Le Pays «super» lauréat 
Kenya: les braconniers bientôt passibles de la peine de mort (France 24)

SOCIETE

«Le vendredi 12 mai 2017 a eu lieu à Kaya la cérémonie d’ouverture officielle de la 20ème édition de la Journée nationale du paysan.


C’est avec tristesse et consternation que le MBDHP a appris qu’à l’occasion de la dite cérémonie, Guézouma SANOGO, Journaliste à la Radio nationale et Président de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB), en mission de couverture médiatique, a été agressé par un agent de la sécurité présidentielle, lui occasionnant des blessures.
Le MBDHP souhaite un prompt rétablissement à monsieur SANOGO et réitère sa solidarité à la grande famille de la presse burkinabè.
Le Mouvement tient à rappeler le rôle essentiel dévolu aux médias dans l’édification d’une nation démocratique dont l’un des piliers essentiels est justement la liberté de la presse. Il convient ainsi de faire observer et de souligner avec force, que toute violence exercée contre un journaliste dans l’exécution de ses missions met en péril l’exercice de cette liberté de presse et d’information chèrement conquise par notre peuple à force de décennies de luttes.    
C’est pourquoi, le MBDHP :

-    dénonce et condamne les violences subies par monsieur Guézouma SANOGO ;
-    déplore et condamne la récurrence de tels actes d’agression par des éléments des forces de défense et de sécurité à l’encontre de journalistes ;
-    invite les éléments des forces de défense et de sécurité à agir avec retenue et plus de professionnalisme dans l’exercice de leurs missions de sécurisation des manifestations publiques ;
-    invite instamment les autorités à tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur ces tristes évènements et à prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité des organes de presse et des journalistes dans l’exercice de leur profession. »

Fait à Ouagadougou, le 16 mai 2017
Le Comité Exécutif National

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé