Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 

L’entrée du bloc opératoire de centre hospitalier universitaire Souro Sanou désespérément vide. (Ph. SM)

SOCIETE

Dans la soirée de lundi 22 mai dernier, un accompagnant de malade au service chirurgie du centre hospitalier Souro Sanou de Bobo Dioulasso s’est infiltré dans le box de consultation. Il a agressé l’interne de service avant de prendre la fuite. Choqué, le personnel observe un arrêt de travail. 


Victime de coup de poignard à l’abdomen à Dédougou, un malade est référé au centre hospitalier universitaire de Souro Sanou le vendredi 19 mai 2017. Immédiatement pris en charge, il hospitalisé en suite opératoire après avoir subi une opération.

Quatre jours après, soit le lundi 22 mai 2017, son état de santé se dégrade. Les médecins décident de le reprendre au bloc opératoire dans l’après-midi du même jour. L’interne du service de chirurgie B de centre hospitalier universitaire Souro Sanou -où le malade était hospitalisé- demande alors à ses accompagnants de maintenir le patient à jeun jusqu’à l’opération chirurgicale.

Malheureusement au cours de la reprise  de l’intervention chirurgicale, le patient, qui saignait abondamment, a rendu l’âme au bloc opératoire.  L’un des parents du défunt se fâche et s’en prend violemment à l’interne en lui assenant des coups de poing. Pour l’agresseur c’est parce que l’interne a maintenu son parent malade à jeun qu’il est décédé. Certainement conscient de la gravité de son acte, l’accompagnateur agresseur a pris la fuite.

En réaction le personnel observe un arrêt de travail. Pour le  responsable de la formation syndical du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale des Hauts Bassins, Gustave Somé,  la reprise du travail est conditionnée par la prise de mesures de sécurité et la mise aux arrêts de l’agresseur. L’hôpital a posé plainte contre l’agresseur à en croire le directeur des ressources humaines, Abdou Philibert Comboïgo, qui assure l’intérim du directeur général en mission à l’extérieur du pays.     

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé