Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

SOCIETE

Cela fait exactement 500 jours ce lundi, soit un an et un peu plus de quatre mois, que le Dr Ken Elliott a été enlevé à Djibo dans le nord du Burkina Faso. Il a été pris en otage en compagnie de sa femme, qui a été relâchée un peu plus tard. Le groupe djihadiste Ansar Dine avait revendiqué cet acte.  


 
Dans la nuit du 15 janvier 2016, pendant que l’avenue Kwamé N’Krumah, la plus belle avenue de la ville de Ouagadougou, était la cible des terroristes, dans la ville de Djibo, région du Sahel l’enlèvement d’un couple australien par des terroristes se réclamant d’Ansar Dine, défraiera la chronique.

Kenneth Elliot s’est installé depuis 1972 dans la localité de Djibo où il officiant en tant que chirurgien et responsable de la clinique qu’il a fondée. Avec sa femme, il s’était engagé dans les actions humanitaires. Son enlèvement avait profondément choqué les populations bénéficiant des services du couple Elliot. Ceux-ci, ont manifestement exprimé leur désarroi, à travers des marches et autres prières.

Le double enlèvement a été revendiqué par les djihadistes d’Ansar Dine qui affirmaient avoir posé cet acte pour échanger les otages contre des terroristes retenus prisonniers.

« Le travail doit se poursuivre parce que le Dr Eliott n’a pas encore été libéré. Nous avons espoir que ce sera fait dans les prochains jours. Nous travaillons toujours à ce que le couple puisse se retrouver», avait assuré le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, après avoir reçu Mme Elliot tout juste libérée au palais présidentiel.

A noter qu’en novembre 2016, Arthur Kenneth Elliot, âgé de 84 ans avait été naturalisé burkinabè par un décret pris en conseil des ministres.  

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé