Aujourd'hui,
URGENT
Chine: le Burkina inaugure officiellement  les locaux de son ambassade à Pékin
Mali: la première phase de l'opération de désarmement DDR terminée à Tombouctou
Diplomatie: le président du Faso en visite officielle à Paris a salué le respect des engagements pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA

SOCIETE

L’actualité burkinabè est marquée ces derniers temps par de multiples agressions faites aux femmes. Le cas le plus récent est celui de l’artiste Adjaratou Diessongo dite Adja Divine, battue et humiliée publiquement après avoir été accusée de vol d’enfants. La Coalition burkinabè pour le droit des femmes (CBDF) et ses partenaires ont donné de la voix sur cette affaire dite «Adja Divine» ce mercredi 31 mai 2017 à Ouagadougou à travers une conférence de presse.


La Coalition burkinabè pour le droit des femmes, en tant qu’organisation dont la mission est d’œuvrer pour la promotion, la protection et la défense des droits de la Femme, se sent interpellée pour donner son appréciation sur ladite actualité avec un regard critique sur l’état des lieux des droits de la Femme, plus particulièrement sur la montée de la violence à l’endroit des femmes et des jeunes filles.

La présidente de la Coalition, Félicité Méda a indiqué que malgré les engagements pris par l’Etat burkinabè à travers les instruments juridiques et l’existence d’une loi spécifique au plan national pour réprimer les violences à l’égard de la gente féminine, la CBDF constate une recrudescence des violences de toutes formes perpétrées sur cette moitié de l’homme tant dans les villes que les campagnes. De son avis, le cas de «Adja Divine», est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Elle dit être «choquée» face à cet acte qu’elle qualifie de d’acte cruel.

Pour elle, il est plus qu’urgent qu’une solution définitive soit trouvée à cette insécurité grandissante à laquelle les femmes sont exposées car aucun Etat ne peut prospérer dans l’incivisme et dans l’intolérance. «Nous condamnons avec fermeté la barbarie à l’endroit des femmes. Nous condamnons avec la dernière énergie les agressions physiques et morales des femmes. S’il est vrai que nous sommes dans un Etat de droit, quelques soient les raisons évoquées, aucune violence ne doit se justifier. Il y a d’autres voies pour se faire justice mais, on ne peut pas se faire justice soi-même» a-t-elle dénoncé.

En outre, elle précise qu’au-delà de la violence de ses droits, la dame Diessongo a été blessée dans sa chair, dans son âme et son honneur bafoué. Pour ce faire, avec un cœur meurtri dit-elle, la Coalition burkinabè pour le droit des femmes interpelle les responsables politiques, coutumiers et religieux pour leur silence complice et leur regard pacifique. A toute la société burkinabè, la CBDF les invite à dire non aux violences. «Nous ne voulons plus vivre de compassion, nous réclamons justice et réparation» a conclu dame Méda.

La Coalition burkinabè pour le droit des femmes compte soutenir Adja Divine agressée le mardi 23 mai dernier à travers une marche pacifique demain 1er juin 2017 si toute fois elle reçoit l’autorisation des autorités compétentes. A partir de 9heures, du Rond-point des Nations unies en direction du Premier ministère, elles iront remettre une lettre d’interpellation au premier responsable de cette institution.

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé