Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

La 10ème promotion des élèves stagiaires en armement petit calibre de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO) a effectué sa sortie de fin de stage ce vendredi 16 juin 2017 à Ouagadougou. Dix-neuf stagiaires de plusieurs nationalités ont reçu leur parchemin après 14 semaines de formation. Et, c’est le Nigérien Mamane Laoualy Ousseini, avec une moyenne de 16,28/20, qui est sorti major de cette promotion, son Certificat technique de premier degré en armement petit calibre en main.


Débutée le 13 mars dernier, cette formation de 14 semaines a porté essentiellement sur l’armement. Selon le directeur des Etudes, le Lieutenant-colonel Fabrice Hetch, la formation a porté sur la maintenance de l‘armement, la réparation des armes, son entretien et son utilisation. Pour lui, au vu des résultats du stage, c’est une promotion de haut niveau. Les 19 stagiaires qui ont suivi la formation sont, aux dires du directeur des Etudes, désormais aptes à occuper des fonctions d’adjoints en chefs d’atelier et à réparer toutes les armes qui sont en service dans les différents pays de la sous-région.

Pour Mamane Laoualy Ousseini, le major, c’est un sentiment de joie d’acquérir des connaissances sur ce qu’il est venu chercher au Burkina Faso c’est-à-dire le diplôme de certificat d’armement de petit calibre de premier degré. «La cohésion m’a permis de connaitre diverses nationalités. La formation s’est bien passée avec des instructeurs qualifiés», a-t-il affirmé.

Ces stagiaires sont appelés à mettre en pratique leur formation. Ils ont par ailleurs reçu des conseils avisés du colonel major Moise Minoungou qui leur demande de prendre conscience. «Votre responsabilité est grande. Je vous demande de prendre conscience et quand vous allez retourner dans vos unités, mettez tout ce qu’on vous a appris en application pour que vos armes puissent être en application. Si vous avez une moyenne élevée, c’est parce que vous vous êtes intéressés et nous pensons que cet intérêt va continuer dans vos unités parce que vous sauverez des vies. Dans nos unités, les soldats sont réticents à nettoyer leurs armes. Vous étant du domaine, c’est à vous de conseiller aux utilisateurs, comment faire pour que son arme reste opérationnel» a-t-il dit aux stagiaires.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé