Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

La 10ème promotion des élèves stagiaires en armement petit calibre de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO) a effectué sa sortie de fin de stage ce vendredi 16 juin 2017 à Ouagadougou. Dix-neuf stagiaires de plusieurs nationalités ont reçu leur parchemin après 14 semaines de formation. Et, c’est le Nigérien Mamane Laoualy Ousseini, avec une moyenne de 16,28/20, qui est sorti major de cette promotion, son Certificat technique de premier degré en armement petit calibre en main.


Débutée le 13 mars dernier, cette formation de 14 semaines a porté essentiellement sur l’armement. Selon le directeur des Etudes, le Lieutenant-colonel Fabrice Hetch, la formation a porté sur la maintenance de l‘armement, la réparation des armes, son entretien et son utilisation. Pour lui, au vu des résultats du stage, c’est une promotion de haut niveau. Les 19 stagiaires qui ont suivi la formation sont, aux dires du directeur des Etudes, désormais aptes à occuper des fonctions d’adjoints en chefs d’atelier et à réparer toutes les armes qui sont en service dans les différents pays de la sous-région.

Pour Mamane Laoualy Ousseini, le major, c’est un sentiment de joie d’acquérir des connaissances sur ce qu’il est venu chercher au Burkina Faso c’est-à-dire le diplôme de certificat d’armement de petit calibre de premier degré. «La cohésion m’a permis de connaitre diverses nationalités. La formation s’est bien passée avec des instructeurs qualifiés», a-t-il affirmé.

Ces stagiaires sont appelés à mettre en pratique leur formation. Ils ont par ailleurs reçu des conseils avisés du colonel major Moise Minoungou qui leur demande de prendre conscience. «Votre responsabilité est grande. Je vous demande de prendre conscience et quand vous allez retourner dans vos unités, mettez tout ce qu’on vous a appris en application pour que vos armes puissent être en application. Si vous avez une moyenne élevée, c’est parce que vous vous êtes intéressés et nous pensons que cet intérêt va continuer dans vos unités parce que vous sauverez des vies. Dans nos unités, les soldats sont réticents à nettoyer leurs armes. Vous étant du domaine, c’est à vous de conseiller aux utilisateurs, comment faire pour que son arme reste opérationnel» a-t-il dit aux stagiaires.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé