Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

SOCIETE

Le 3 juin 2017, la famille d’Eddie Komboïgo avait été victime d’agression par un groupe d’individus à Samandin, un quartier de Ouagadougou où  Aristide Komboïgo, jeune frère d’Eddie Komboïgo fut blessé. Le Commissariat de police de l’Arrondissement de Nongr-Mâasom vient de démanteler ledit réseau suite à d’autres agressions.

Selon le commissariat de police de Nongr-Masson, le groupe ciblait les victimes et en groupe de deux, trois ou quatre selon les cas, ils surgissaient, souvent les visages masqués par des cache-nez et des casquettes. Ils surprenaient les victimes et les tenaient en respect. Les menaçant avec leurs pistolets automatiques et même en les brutalisant, ils retiraient numéraires, motocycles, téléphones portables, etc.

Une fois leur sale besogne accomplie, ils se retiraient des lieux à l’aide des motocycles. Le groupe exerçait parfois une violence inouïe sur leurs victimes. Après les forfaits, le matériel emporté, notamment les motocycles sont transmis aux nommés Ali Nikiéma, se disant mécanicien et Soumaila Kouanda alias Monre, se disant employé de commerce qui les écoulaient par la suite.

Ils ont mené leur sale besogne dans plusieurs quartiers de Ouagadougou. notamment  Zogona, Cité des 1200 logements, Gounghin, Dassasgho, Wemtenga, Dapoya, Bendogo, Balkuy, Rayongo, Samandin, Kamsonguin et la zone de Katr-yaar.

Leurs forfaits les plus connus sont ceux commis dans une boutique aux 1200 logements le 21 aout 2016 et dans la famille Komboïgo à Samandin le 3 juin 2017 dernier, blessant un des frères du célèbre homme d'affaires et homme politique Eddie Komboïgo.«Ce dernier cas a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre et de salive alors qu’il s’agit purement d’un acte de banditisme comme les autres. Il faut dire que le groupe cible les victimes en se basant sur leurs activités (cas des commerces), leur statut social (niveau de vie) ou leurs moyens de déplacement (motocycles de grande valeur)», précise la police.

Au total, 15 victimes de cette bande ont été identifiées à ce jour et les produits de vols trouvés sont multiples et composés de deux motocyclettes, deux vélomoteurs, une tablette, deux téléphones portables, un power-bank.

A ce jour, certains membres du groupe sont en cavale et des recherches sont en cours en vue de les appréhender. Le démantèlement de ce groupe de braqueurs a été possible grâce à la collaboration des populations et celles-ci sont invitées par la police, à continuer à accompagner les forces de sécurité en appelant les numéros verts mis à leur disposition: 17 (police nationale); 16 (gendarmerie nationale); 1010 (Centre national de veille et d’alerte).

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé