Aujourd'hui,
URGENT
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»

SOCIETE

Le «Boulevard France-Afrique» de Ouagadougou porte depuis dimanche le nom de «Boulevard de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014».

 

La cérémonie de baptême, qui se déroulait dimanche, entrait dans le cadre de la commémoration de l’an II de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.  Ainsi, le Boulevard France-Afrique, qui va du rond-point de la patte d’oie à l’Avenue Norbert Zongo, s’appellera désormais «boulevard de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ».

L’autre lieu qui change de nom est place publique située entre ce nouveau boulevard et celui de Norbert Zongo, rebaptisée «Place de la résistance populaire au putsch de septembre 2015».

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Simon Compaoré, qui a procédé au baptême, explique le choix est porté sur ce boulevard par le fait qu’il y a eu des évènements importants sur ce lieu, des marches qui ont été décisives. «Sur ce même boulevard, des jeunes et des femmes sont venus, sous les balles, et ont défoncé les barrières pour dire non à ceux qui pensaient que la citadelle était leur Jéricho», a précisé Simon Compaoré.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé