Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)
Burkina: Le poste forestier de Nassougou (Est) a été attaqué jeudi par des assaillants sans faire de victime (AIB)
CILSS: Roch Kaboré plaide pour la valorisation des produits forestiers non ligneux à lors de la 33e journée du Comité-inter-état (AIB)
France: Richard Ferrand a été élu président de l’Assemblée nationale

SOCIETE

Un véhicule de l’Etat avec à son bord quatre personnes a été enlevé par deux individus armés non identifiés, tôt samedi matin, dans le village de Tin-Ediar, dans la province de l’Oudalan, région du Sahel, a appris l’AIB auprès d’une autorité provinciale.

Le véhicule "fond rouge", toujours introuvable, appartient à la Direction régionale des ressources animales et halieutiques du Sahel et avait à son bord, le chauffeur, trois autres passagers dont un homme, une femme et un enfant.

L’incident a eu lieu à Tin-Ediar, localité située à 15 Km de Oursi, sur l’axe Déou-Oursi, lorsque les deux individus lourdement armés, ont intimé l’ordre au conducteur du véhicule de s’arrêter.

Selon la source de l’AIB, une fois le véhicule (de type 4X4) immobilisé, les occupants ont été déplacés à l’arrière, l’un des assaillants s’y est introduit pour conduire, tandis que l’autre assaillant armé, les suivait avec une moto.

Les occupants du véhicule ont été débarqués à la frontière du Mali, après avoir été dépouillés de leurs biens (argent, portables, etc.), alors que le véhicule, lui, a été emporté par les ravisseurs, en territoire malien.

De la frontière malienne, les quatre "otages" libérés ont rejoint Oursi où ils ont été accueillis à la brigade de gendarmerie de la localité, avant d’être conduits à Gorom-Gorom, chef-lieu de la province de l’Oudalan. Là-bas, ils ont été reçus par le haut-commissaire de la province et y ont passé la nuit du samedi à dimanche. Ce n’est qu’hier dimanche qu’ils ont été conduits à Dori, chef-lieu de la région du Sahel.

Depuis un certain temps, les actes de terrorisme sont fréquents dans la région du Sahel, à l’extrême Nord du Burkina Faso, frontalière avec le Mali.

Agence d’information du Burkina