Aujourd'hui,
URGENT
Nécro: Décédé ce 18 février, le cinéaste Idrissa Ouédraogo sera inhumé le mardi 20 février au cimetière de Gounghin
Cinéma : le cinéaste burkinabè Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février 2018 à Ouagadougou. 
Football: Les Étalons rétrogradés au 9e rang africain et classés 57e au niveau mondial (Classement Fifa février 2018)
Ethiopie: démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn
Burkina: Une marche le 15 mars contre «le pillage du foncier» par les sociétés immobilières (AIB)
Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa endosse les habits de président après la démission de Zuma
Allemagne: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, se rend à Munich pour la 54ème Conférence sur la sécurité.
Présidence: Domba Jean Marc Palm, directeur de recherche à la retraite,  nommé Président du Haut Conseil du dialogue social.
Présidence: le journaliste Auguste Marie Romain Bambara nommé directeur de la Communication de la présidence du Faso.
Justice: L’audience devant examiner la demande d’extradition de François Compaoré initialement prévue le 7 mars a été reportée au 28 mars 

Ph: Ousséni Ganamé

SOCIETE

Le commissariat de Police de Koumbri, une commune de la province du Yatenga, région du Nord, a été attaqué vers 23h dans la nuit du lundi 4 décembre 2017, rapporte le site Faso-Nord infos. Il y aurait eu des dégâts matériels importants, mais pas de perte en vie humaine.

Quand les tirs nourris d'armes à feu se sont fait entendre du côté du commissariat, les habitants se sont terrés chez eux, explique le site d’informations qui relaie le quotidien de cette partie du pays.

Ousséni Ganamé, le maire de cette commune rurale, assure sur sa page Facebook avec des photos à l’appui que l'attaque n’a pas occasionné de perte en vie humaine, mais beaucoup de dégâts matériels, des motos incendiées ou emportées.

Quatre motos auraient été emportées et trois autres incendiées par des individus dont l'identité n’est pas encore connue.

Dans leur fuite, les assaillants sont tombés sur des renforts en provenance de la commune de Banh qui les ont contraint à abandonner une kalachnikov, des centaines de munitions, des motos, des bidons d’essence et des portables, relate de son côté l’AIB, citant des sources sécuritaires.

Dans cette zone, une attaque du lycée départemental Kain dans la nuit du 26 au 27 novembre, avait causé la mort d'un professeur de Français-Histoire-Géographie et fait deux blessés.