Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»

SOCIETE

Au lendemain des altercations entre étudiants, qui se sont déroulées au sein l’université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo, l’Association nationale des étudiants burkinabè (Aneb) à travers sa section de Ouagadougou, s’est prononcée sur cette affaire. Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 7 décembre, Alexis Zabré le président de l’Aneb Ouaga et ses camarades ont tenu l’administration de l’Université comme principale responsable de ces heurts survenus sur le campus de Ouagadougou le mercredi 6 décembre 2017. 

 A en croire le président de l’Aneb Ouaga, cette situation malencontreuse qui est arrivée à l’université de Ouagadougou n’est autre que la résultante de la volonté de l’administration de sanctionner de façon « inique, disproportionnée et injuste », l’étudiant Bahan Yénilo. De ce fait, au regard de l’évolution de la situation, il est clair que les choses ont considérablement dégénéré. C’est dans sa logique de « lutte pour la levée pure et simple de la sanction infligée à Bahan Yénilo » que l’Aneb a initié une série de grève. Mais d’autres étudiants auraient jugé inopportune cette démarche entreprise par l’Aneb. C’est de là que naitra le conflit du 6 décembre dernier.    

Pour Alexis Zabré, le responsable de cette situation n’est nul autre que l’administration, qu’elle accuse. « Pendant 72 heures, à l’UO1, un groupe d’étudiants à la solde des autorités ont entamé des campagnes de sensibilisation pour appeler les étudiants à se révolter contre l’ANEB et ses militants ». A fait savoir Alexis Zabré, président de l’ANEB. En clair, pour Alexis Zabré et ses camarades, « cette campagne de dénigrement » demandait aussi à « frapper les éléments de l’Aneb et de boycotter la grève ». C’est ainsi qu’ils ont affirmé avoir vu le premier jour de la grève, des étudiants « armés de cailloux, de ferrailles, de chaises sciées pour la circonstance ». 

Et selon eux, ces derniers se seraient donc en pris aux militants de l’Aneb aussi bien sur le campus à Zogona que du côté du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (Siao), qui sert de cadre de cours pour les étudiants de l’université Ouaga 2.

En retour, « ceux qui ont été victimes de violence se sont défendus comme ils pouvaient », justifie Alexis Zabré. Pour l’Aneb donc, le seul responsable de cette situation est l’administration qui « par sa volonté manifeste de nuire à ce débrayage » aurait organisé de toute pièce cette violence observée sur le campus le 6 décembre dernier.

Par ailleurs, Alexis Zabré et ses camarades se réclament partisans de la non-violence. C’est pourquoi, l’Aneb « dénonce l’escalade répressive organisée par les autorités universitaires. (…) Appelle les étudiants honnêtes à se démarquer des appels à la violence contre l’Aneb et ses militants ». S’offusquant également des conséquences causées par ces altercations, les conférenciers du jour ont  souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés. Ils ont aussi indiqué avoir enregistré des victimes dans leur rang.