Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Le droit à l’alimentation au Burkina est une préoccupation pour l’Organisation non gouvernementale Hunger free world et l’Association des journalistes en nutrition et alimentation. Les responsables de cette ONG au Burkina étaient chez la communauté musulmane le 16 janvier 2018 en vue de plaider pour l’inscription du droit à l’alimentation dans la nouvelle Constitution du Burkina.


Le droit à l’alimentation fait partie des droits économiques, sociaux et culturels. C’est un droit de l’homme reconnu par le droit international qui protège le droit de chaque être humain à se nourrir dans la dignité, que ce soit en produisant lui-même son alimentation ou en l’achetant. C’est aussi le droit d’avoir un accès régulier, permanent et non restrictif, soit directement ou au moyen d’achats financiers à une alimentation quantitativement et qualitativement adéquate et correspondant aux traditions culturelles ou religieuses du peuple auquel le consommateur appartient, et qui lui procure une vie physique et mentale, individuelle et collective, épanouissante et exempte de peur. Il n’est donc pas un droit à être nourri mais un droit de se nourrir et d’être assisté en cas de sinistre entrainant l’incapacité de se nourrir par ses propres moyens.

Selon Frédéric Ilboudo, chargé du plaidoyer de Hunger free world, cette rencontre de ce mardi vise à inviter la communauté musulmane à plaider pour la cause auprès des autorités burkinabè. Pour lui, le droit à l’alimentation doit être inscrit dans la Constitution du Burkina. «Nous avons entrepris des actions qui nous ont permis d’avoir l’inscription de ce droit dans la Constitution mais il reste son adoption. L’apport des autorités morales est donc d’une grande importance pour porter haut cette cause parce que c’est le premier droit de l’être humain», fait remarquer M. Ilboudo.

En face, El hadj Abdourahman Sana, président de la communauté musulmane s’est montré très attentif au plaidoyer de la délégation. «Cette lutte est à saluer parce qu’il faut bien manger avant de vivre. Etant donné que c’est un combat que mène déjà la communauté musulmane, nous n’hésiterons pas à apporter notre contribution», a indiqué El hadj Sana. Le guide musulman promet donc soutenir cette cause. Créée dans les années 50, la communauté musulmane est la plus grande association islamique au Burkina. A ce titre, son président promet également donner un mot d’ordre à tous ses fidèles afin de porter haut ce combat.

A travers ce plaidoyer, Hunger free world entend travailler à influer sur les décisions touchant aux questions de la faim. Son plaidoyer est orienté vers les décisions et les leaders communautaires qui peuvent influencer les décisions dans ses zones d’intervention, dans le but de créer un environnement favorisant les actions contre la faim.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé