Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

SOCIETE

L’Association des journalistes du Burkina (AJB) organise, du 23 au 24 janvier 2018 à Ouagadougou, un atelier de restitution sur la sécurité et l’égalité des journalistes au Burkina. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi 23 janvier 2018.

Cet atelier fait suite à un forum international des femmes journalistes auquel l’AJB avait représenté le Burkina Faso. Ledit  forum s’est tenu au Sénégal et portait sur la sécurité et l’égalité et l’équité du genre. «L’une des condition de participation était de pouvoir faire la restitution des connaissances acquises avec nos consœurs des pays respectifs. C’est cette raison qui nous réunit ce matin» a affirmé Aminata Sanou, journaliste qui faisait partie de la délégation.

Lors de ce forum, relate-t-elle, «nous avons traité des questions liées à l’égalité et à l’équité du genre, nous avons notamment parlé de comment est-ce qu’une journaliste peut se protéger sur un terrain de conflit ou comment est-ce qu’elle doit réagir face à un harcèlement. Et, en ce qui concerne les questions traitées, nous sommes parvenues à plusieurs  conclusions notamment sur le fait que chaque pays doit au moins avoir un point focal de journalistes femmes qui vont œuvrer vraiment à l’amélioration des conditions des femmes journalistes».

Selon le président de l’AJB, Guézouma Sanogo, le point focal devrait passer dans certaines rédactions échanger avec les journalistes autour de la question du genre. «Cette stratégie a pour objet à amener les gens à sortir de leur sexisme pour donner la parole aux femmes. Ça sera un cadre où les femmes pourront dénoncer les inégalités mais aussi les harcèlements au sein de leur rédaction» a précisé M. Sanogo.

Au regard des autres pays, avance dame Sanou, le Burkina Faso ne figure pas en mauvaise place. Parce que, «même dans certains pays européens, à compétence égale l’égalité des salaires n’est pas encore acquise. Il y a aussi la clause de conscience dont nous bénéficions ici sans oublier aussi que les journalistes du Burkina ne peuvent plus être poursuivis dans le cadre de leur métier. Donc, nous ne figurons pas en mauvaise place mais toutefois, on peut encore travailler à peaufiner la place du journaliste dans notre pays» explique-t-elle. A noter que l’AJB est dans cette dynamique depuis plus d’une décennie d’année.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé