Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir
Mozambique: le bilan humain du cyclone «pourrait dépasser les 1000 morts»
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés

Photo: Burkina 24

SOCIETE

En début de soirée de ce jeudi 25 janvier 2018, l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso (UNAPESS), les syndicats de l’enseignement, les responsables religieux, se sont donné rendez-vous au Premier ministère. Il était question à travers cette initiative, de poursuivre les discussions en vue de parvenir à une sortie de crise imminente dans le milieu scolaire. Au terme des échanges de ce jour, tout laisse croire que les choses vont bon train et que tout naturellement cette situation connaîtra un dénouement dans les prochains jours.

C’est sous l’égide du Mogho Naaba que l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso a souhaité échanger avec les syndicats sous le regard avisé des autorités politiques, religieuses et coutumières compte tenu de la crise qui secoue le milieu scolaire depuis bientôt 4 mois. Cette démarche, à en croire Hector Ardent Ouédraogo, président de l’Union, s’inscrit dans l’optique de trouver des solutions définitives à cette crise.

Selon ce dernier, le point d’achoppement concernerait la question du statut stipulé dans la plateforme revendicative des syndicats de l’enseignement. Toutefois, en dépit de ce point de désaccord, et compte tenu de l’état d’avancement de la situation, une issue favorable serait envisageable pour les différentes parties, comme le mentionne M. Ouédraogo.

« Nous avons discuté. Et je crois que nous sommes tombés sur de très grandes avancées. Nous avons souhaité que les choses aillent très rapidement à la suite de ce que nous avons vécu comme situation. 4 mois c’est beaucoup et nous avons souhaité que demain (vendredi 26 janvier) en début d’après-midi qu’un protocole puisse être signé au bonheur de tous les protagonistes et surtout pour le bien de notre chère patrie le Burkina Faso », a déclaré le président de l’Unapess.  

Saisissant l’occasion, Hector Ardent Ouédraogo a tenu à rassurer ses pairs « de la reprise effective des cours dans les prochains jours ». Cependant, à l’endroit des élèves, « nous leur demandons beaucoup de retenue ».  

Par ailleurs, la reprise des discussions est prévue pour ce vendredi 26 janvier. Et le « négociateur » semble être convaincu « qu’avec la grâce de Dieu, nous devrions parvenir à un protocole d’accord ».

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé