Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

SOCIETE

La chefferie traditionnelle des Bobo mandarè fait désormais partie des heureux bénéficiaires de la Loterie nationale burkinabè (Lonab). Samedi 17 février 2018, l’institution a offert du matériel musical à sa majesté Sidiki Sanou. En plus du cadeau offert à la cour royale, la Lonab a remis plus de 57 millions de francs CFA à un gagnant du PMU’B.

Les instruments musicaux de la cour royale des Bobo mandarè sont désormais bien fournis. Grâce à la nationale des jeux du hasard, les «griots» de sa majesté Sidiki Sanou ont bénéficié de plusieurs tam-tams et de bien d’autres gadgets.

Le lot de matériel a été remis symboliquement par Simon Tarnagda, le directeur général de la Lonab.

A la tête d’une forte délégation, il a d’abord présenté ses vœux de bonne année au chef de canton, avant de lui offrir le matériel.

Heureux pour ses griots, le chef a prodigué des conseils et formulé des bénédictions à ses hôtes.

Avant de repartir de la cour royale, la Lonab a remis symboliquement un peu plus de 57 millions de francs CFA à un de heureux gagnants du PMU’B à Bobo-Dioulasso.

Mais face à la presse, l’homme a préféré gardé l’anonymat. Il a juste accepté de donner son nom de famille, «Coulibaly».

Aux Coulibaly donc de l’identifier… pour le bonheur du clan !