Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

SOCIETE

Les responsables de la Société nationale burkinabè d’électricité (Sonabel) étaient face à la presse ce vendredi 9 mars 2018 à Ouagadougou. Objectif : faire part aux hommes de média la situation de la gestion de la fourniture d’électricité d’une part, et d’autre part d’annoncer les mesures qui ont été prises pour y faire face.

«En dépit de l’augmentation du niveau d’importation d’énergie de la Côte d’Ivoire depuis 2017 avec une puissance moyenne de 70 Mw, nous sommes toujours en situation de déficit malgré la réhabilitation de 5 groupes thermiques qui ont permis d’avoir une puissance additionnelle de 30 Mw», a déclaré le directeur général de la Sonabel, François de Salle Ouédraogo.

Selon lui, malgré les investissements consentis par l’Etat, le sous-secteur de l’électricité est confronté à un déséquilibre persistant entre l’offre d’énergie et une demande de plus en plus forte dont le taux de croissance annuel est d’environ 13%. 

Il a indiqué que le projet d’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou était très attendu dans le cadre de la gestion de la pointe 2018 mais, les travaux de la partie ghanéenne ont connu un grand retard. A l’en croire, ce projet devrait à terme contribuer à satisfaire 25% de la demande actuelle d’énergie sur le territoire national. Concrètement, il devait augmenter l’offre de puissance de la Sonabel de 100 Mw. A cette situation, s’ajoute la faible pluviométrie enregistrée en 2017 qui limite fortement l’apport des barrages dans la gestion de la période de pointe pour cette année.

Par contre, précise M. Ouédraogo, la centrale solaire de Zagtouli injectera sa pleine capacité sur le réseau national interconnecté pendant cette période critique. Mais, son appoint ne sera perceptible que dans la journée. «Tout compte fait, le déficit de cette année est de 50 Mw pour la pointe 2018» lance-t-il. 

Malgré ce déficit annoncé, le directeur général François de Salle Ouédraogo a rassuré que sa structure travail à ce que les consommateurs souffrent moins cette année. «Nous allons tout faire pour que l’impact du déficit soit le moins possible et notre souhait est qu’il soit moins important que les autres années» a affirmé M. Ouédraogo.

Face à cette situation et dans le souci de réduire ce déficit, les responsables de la Sonabel comptent lancer une campagne de communication sur le déficit prévisionnel, l’efficacité énergétique et la maitrise de l’énergie. Aussi, ils comptent sécuriser l’approvisionnement des centrales en combustibles, sécuriser et fiabiliser les réseaux de transport et de distribution et enfin coopérer avec certains auto-producteurs.

Pour le premier responsable de la centrale d’électricité, si ces auto-producteurs qui sont raccordés au réseau s’effacent pendant les périodes critiques, cela permettra à sa structure de disposer d’une vingtaine de Mw qui peut être mis à profit afin de juguler le déficit.

Pour faire face à ce déficit, souligne M. Ouédraogo, il est important que l’ensemble des usagers de l’électricité sans distinction aucune, se sentent concernés par la situation en ayant tout simplement des réflexes d’économie d’énergie qui permettent au bout de la chaine d’économiser quelques précieux Mw. 

Un programme prévisionnel de délestage sera diffusé dans les medias. Il faut noter que c’est un planning qui n’est pas figé. Au fur et à mesure, il sera adapté en fonction de l’évolution de la situation.

 

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé