Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

SOCIETE

Les responsables de la Société nationale burkinabè d’électricité (Sonabel) étaient face à la presse ce vendredi 9 mars 2018 à Ouagadougou. Objectif : faire part aux hommes de média la situation de la gestion de la fourniture d’électricité d’une part, et d’autre part d’annoncer les mesures qui ont été prises pour y faire face.

«En dépit de l’augmentation du niveau d’importation d’énergie de la Côte d’Ivoire depuis 2017 avec une puissance moyenne de 70 Mw, nous sommes toujours en situation de déficit malgré la réhabilitation de 5 groupes thermiques qui ont permis d’avoir une puissance additionnelle de 30 Mw», a déclaré le directeur général de la Sonabel, François de Salle Ouédraogo.

Selon lui, malgré les investissements consentis par l’Etat, le sous-secteur de l’électricité est confronté à un déséquilibre persistant entre l’offre d’énergie et une demande de plus en plus forte dont le taux de croissance annuel est d’environ 13%. 

Il a indiqué que le projet d’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou était très attendu dans le cadre de la gestion de la pointe 2018 mais, les travaux de la partie ghanéenne ont connu un grand retard. A l’en croire, ce projet devrait à terme contribuer à satisfaire 25% de la demande actuelle d’énergie sur le territoire national. Concrètement, il devait augmenter l’offre de puissance de la Sonabel de 100 Mw. A cette situation, s’ajoute la faible pluviométrie enregistrée en 2017 qui limite fortement l’apport des barrages dans la gestion de la période de pointe pour cette année.

Par contre, précise M. Ouédraogo, la centrale solaire de Zagtouli injectera sa pleine capacité sur le réseau national interconnecté pendant cette période critique. Mais, son appoint ne sera perceptible que dans la journée. «Tout compte fait, le déficit de cette année est de 50 Mw pour la pointe 2018» lance-t-il. 

Malgré ce déficit annoncé, le directeur général François de Salle Ouédraogo a rassuré que sa structure travail à ce que les consommateurs souffrent moins cette année. «Nous allons tout faire pour que l’impact du déficit soit le moins possible et notre souhait est qu’il soit moins important que les autres années» a affirmé M. Ouédraogo.

Face à cette situation et dans le souci de réduire ce déficit, les responsables de la Sonabel comptent lancer une campagne de communication sur le déficit prévisionnel, l’efficacité énergétique et la maitrise de l’énergie. Aussi, ils comptent sécuriser l’approvisionnement des centrales en combustibles, sécuriser et fiabiliser les réseaux de transport et de distribution et enfin coopérer avec certains auto-producteurs.

Pour le premier responsable de la centrale d’électricité, si ces auto-producteurs qui sont raccordés au réseau s’effacent pendant les périodes critiques, cela permettra à sa structure de disposer d’une vingtaine de Mw qui peut être mis à profit afin de juguler le déficit.

Pour faire face à ce déficit, souligne M. Ouédraogo, il est important que l’ensemble des usagers de l’électricité sans distinction aucune, se sentent concernés par la situation en ayant tout simplement des réflexes d’économie d’énergie qui permettent au bout de la chaine d’économiser quelques précieux Mw. 

Un programme prévisionnel de délestage sera diffusé dans les medias. Il faut noter que c’est un planning qui n’est pas figé. Au fur et à mesure, il sera adapté en fonction de l’évolution de la situation.

 

 

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé