Aujourd'hui,
URGENT
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018
Filière coton: le gouvernement burkinabè va injecter plus de 14 milliards de F CFA «pour sauver la filière»
Burkina: le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l’assassinat du maire de Koutougou 
Culture: La 2e édition des Nuits du Djongo se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Pô et à Tiébélé

SOCIETE

La section burkinabè de l’organisation internationale de développement spécialisée dans le domaine du handicap, Light For the World, en partenariat avec l’Unicef a tenu du lundi 26 au jeudi 29 mars 2018 à Ouagadougou, un forum national sur l’éducation inclusive, école de qualité amie des enfants et l’approche réadaptation à base communautaire. La clôture de cet atelier est intervenue ce jeudi 29 mars avec la prise de recommandations entrant dans le cadre de la promotion de l’éducation inclusive et de qualité.  

L’objectif de ce forum était de promouvoir les trois approches (l’éducation inclusive soutenue par l’Unesco, l’école de qualité amie des enfants soutenue par l’Unicef et la réadaptation à base communautaire soutenue par l’OMS) pour une synergie d’action en faveur de l’éducation pour tous. Concrètement, les participants qui sont venus des quatre coins du Burkina ont eu à identifier et définir des actions de promotion des actes à base communautaire  pour des systèmes éducatifs plus inclusifs au Burkina et dans les pays de la sous région de l’Afrique de l’ouest francophone. Pour joindre l’acte à la parole, les participants ont formulé des recommandations et mis en place un document d’engagement.

Parmi ces recommandations, on note, entre autres, l’adoption de la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive, la dotation des écoles en matériel didactique spécifique dédié aux enfants en situation de handicap, la prise d’actions fortes de concert avec l’ensemble des ministères concernés par le sujet, l’amélioration de l’accessibilité des enfants handicapés aux infrastructures éducatives et au contenu des enseignements, la promotion de la santé à l’école  et la mise en place d’une meilleure prise en charge sanitaire et la réhabilitation des enfants handicapés. 

Et pour la mise en œuvre effective de ces recommandations, les participants ont un partenaire de taille : le ministère en charge de l’Education nationale et de l’alphabétisation.

Pour Judith Estelle Nanema/Ouédraogo, chargée de mission au Mena, représentant le ministre en charge de l’Education nationale au cérémonial de clôture, son département servira de relais auprès des autres acteurs. Et à l’en croire, le combat pour la mise en place effective de l’éducation inclusive nécessite une synergie d’action.

« Le Mena prendra le lead toujours et mettra l’accent sur le renforcement des capacités des enseignants et des encadreurs  pédagogiques pour une prise en charge pédagogique inclusive et holistique. Je vous invite tous à travailler main dans la main pour l’opérationnalisation du dispositif d’inclusion scolaire définit dans la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive dès son adoption. (…) Mon département ne ménagera  aucun effort pour prendre en compte vos contributions, vos recommandations et surtout vos soutiens techniques pour sa mise en œuvre » a laissé entendre Judith Estelle Nanema qui a lu le discours du ministre Ouaro.

Pour la section burkinabè de Light for the World, ce forum a été une réussite surtout que les recommandations formulées si elles venaient à être appliquées, va contribuer à faire de l’éducation inclusive une réalité.

« A travers ce forum, nous voudrions montrer l’existence des  bonnes pratiques et inviter les décideurs à tenir compte de ce qui est déjà mis en place au niveau national et opérationnel pour ne plus réinventer la roue et engager la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive après son adoption (…) Nous pensons que les ressources existent déjà, il suffit maintenant pour nous d’aller dans la mise en œuvre en tenant compte de l’existant » a affirmé Elie Bagbila, représentant national de Light for the world au Burkina.

Par ailleurs, M. Bagbila estime que les recommandations, les bonnes pratiques en matière d’éducation inclusive en plus de l’interpellation des décideurs concourent à l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable 4 qui est d’« assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » d’ici 2030.

Pour que ces recommandations et les bonnes pratiques  ne finissent pas aux oubliettes, il a été mis en place un comité de suivi des recommandations issues dudit forum. Selon Elie Bagbila, ce comité qui sera dirigé par le ministère en charge de l’Education nationale en collaboration avec les organisations de la société civile intervenant dans le domaine aura pour mission de voir à une date donnée qu’est ce qui a été fait et qu’est ce qui reste à faire.

Au cours de la cérémonie, des acteurs ont reçu des attestations pour leur engagement en faveur de l’éducation inclusive et de qualité pour tous. Les participants ont également procédé à la lecture du document d’engagement sur lequel, le ministre en charge de l’Education nationale devra apposer sa signature.

Light for the World est une organisation internationale de développement spécialisée dans le domaine du handicap. Elle couvre environ 180 programmes dans 20 pays à travers le monde. Présente au Burkina depuis 2009, elle intervient spécifiquement dans les domaines de la santé oculaire, l’éducation inclusive, la réadaptation à base communautaire et moyens de subsistance des personnes handicapées, le développement inclusif et de droits des personnes handicapées, etc.

 

**************************************************************************

Mémento

- L’éducation inclusive est une approche éducative qui tient compte des besoins particuliers en matière d'enseignement et d'apprentissage de tous les enfants et jeunes gens en situation de marginalisation et de vulnérabilité : enfants vivant dans les rues, filles, groupes d'enfants issus de minorités ethniques, de familles démunies financièrement, de familles nomades, des familles déplacées (victimes de guerres, de catastrophes, etc.), enfants atteints du VIH/sida, enfants handicapés. L’éducation inclusive a pour objectif d'assurer à ces enfants l'égalité des droits et des chances en matière d’éducation.

-L’Ecole de qualité amie des enfants (EQAmE)  est un système dynamique, chaque structure éducative pouvant avoir son originalité. Il ne s’agit pas de réunir un ensemble de conditions ou de déterminants pour avoir nécessairement la qualité, mais de cibler les déterminants les plus significatifs, pour faire de l’école, ce que nous voulons qu’elle soit.L’approche EQAmE vise à rendre l’environnement éducatif plus convivial et propice à la qualité des enseignements/apprentissages au Burkina Faso.

- La réadaptation à base communautaire (RBC) vise à améliorer la qualité de vie des personnes handicapées et de leurs familles en répondant à leurs besoins essentiels et en assurant leur participation et leur inclusion dans la société. Au cours des 30 dernières années, elle s’est développée en une stratégie multisectorielle qui veut faciliter l'accès des personnes handicapées à l'éducation, l'emploi, la santé et les services sociaux

 

Source : OMS/ www.mediaterre.org

 

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé