Aujourd'hui,
URGENT
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 
Afrique: l'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba après 20 ans de conflit (RFI)
Burkina: l’Union européenne offre plus de 4 milliards de FCFA pour la modernisation de l’enseignement franco-arabe (AIB)
Haïti: le Premier ministre Jack Guy Lafontant démissionne à la suite des violences urbaines

Seydou Traoré, président du mouvement de solidarité pour le droit au logement

SOCIETE

A la veille de la marche de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC), pour protester contre ce qu’elle qualifie de « pillage du foncier », le mouvement de solidarité pour le droit au logement, par le biais de son président a exprimé son indignation quant à cette initiative. Selon Seydou Traoré et ses camarades, une telle marche est « inopportune». Cette prise de position a été rendue publique ce mercredi 4 avril 2018 au cours d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou.

Le mouvement de solidarité pour le droit au logement, avait à ses côtés l’association Namanegb Zanga, pour dire non au projet de la CCVC, qui entend marcher ce jeudi 5 avril 2018 sur le ministère en charge de l’Habitat. Cette démarcation de M. Traoré et des siens s’explique par le fait que dans le cadre du droit au logement, la CCVC ne serait pas dans son rôle. « La CCVC a dérouté, en ce qui concerne l’apurement du passif. (…) Cela m’étonne qu’elle s’occupe aujourd’hui des droits sociaux des populations des zones non loties », a indiqué le président du mouvement de solidarité pour le droit au logement.

Pour le conférencier du jour, cette ambition de la Coordination de la coalition nationale de lutte contre la vie chère, suscite un questionnement. Cela d’autant plus « qu’elle dit lutter contre la vie chère. Alors que vient faire la CCVC dans une lutte concernant le foncier », se demande Seydou Traoré. De ce fait et au regard des prérogatives de la CCVC, il dit ne pas accepter une telle démarche. C’est pourquoi, « nous n’allons pas marcher », dixit M. Traoré.

Par ailleurs, pour ces structures qui étaient face aux médias, « la CCVC est en perte de mobilisation » et elle entend se redonner un nouveau souffle à travers cette activité. Mathurin Nikiema, président de l’association Namanegb Zanga soutient que cette marche s’apparente à « vouloir devancer l’iguane dans l’eau ». Selon ce dernier, les organisateurs de cette marche gagneraient à attendre le résultat du rapport sur l’apurement du passif remis au Premier Ministre le vendredi dernier.

Tout en précisant ne pas être contre la CCVC, les orateurs confient que dans la lutte pour le droit au logement, la conduite à tenir dépendra des résultats du ce rapport portant sur l’apurement du passif foncier.        

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé