Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Un instituteur de 35 ans exerçant dans une école primaire privée confessionnelle de la commune de Bourzanga, a été interpellé par la police pour fait de viol présumé sur un élève de 10 ans, selon l’Agence d’Information du Burkina (AIB).

Les faits remonteraient  en décembre 2017 période à laquelle l'instituteur en question aurait violé un élève de la classe de CM1 qui a été hospitalisée à Kongoussi pour finalement subir une intervention chirurgicale à la pédiatrie Charles de Gaulle à Ouagadougou.

 "L'enseignant n'est pas à sa première fois. Il s'est donné pour goût de violer les élèves de son établissement depuis un certain temps. En février dernier, une des filles de l'école âgée de 11 ans, a dû fuir ses agressions au magasin laissant ses chaussures. Raccompagnée par sa mère pour comprendre, l'enseignant s'est confondu en excuses et la mère n'a pipé mot à personne. Mais pour le cas de la fille à l'origine de son interpellation, elle a géré son mal pendant des jours jusqu'à ce qu'une de ses sœurs découvre lors de ses toilettes, qu'elle saignait. Malgré tout, la fille n'a pas voulu dénoncer son enseignant parce que celui-ci menaçait de tuer toute fille qui oserait le dénoncer. Nous avons intimidé la fille que l'auteur reviendra si elle ne le dénonce pas. C'est ce qui nous a permis de mettre la main sur l'enseignant ", a confié la source citée par l’AIB.

Le viol aurait eu lieu sous les arbustes entre l'école et un lieu de culte, un soir de décembre 2017 à la descente entre 17h 30 et 18 heures, poursuit notre confident.

Âgée de 10 ans, la victime suivait toujours des soins à Ouagadougou jusqu'à la date du vendredi 30 mars 2018. Pour l'heure, l'audition est terminée et le présumé coupable sera présenté au parquet de Kongoussi ce mardi matin pour suite à donner.

 

Source: Agence d'information du Burkina