Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

SOCIETE

La police nationale dans ce communiqué s'explique sur l'incident survenu dans la soirée du 15 août 2018 à Bobo-Dioulasso et qui a fait un blessé par balles. 

«Assurer l’exécution des mesures relatives à la sécurité routière fait partie de notre sacerdoce. C’est pourquoi, au quotidien, nos services implantés sur l’étendue du territoire national s’investissent de jour comme de nuit pour prévenir et réprimer l’insécurité routière qui endeuille régulièrement les familles burkinabè.

Dans ce cadre, le Commissariat Central de Police de la ville de Bobo-Dioulasso, dans le Houet, mène depuis le mardi 14 août dernier une vaste opération de contrôle axée sur la circulation des tricycles dans la ville de Bobo-Dioulasso. 

Cette opération, qui fait suite au constat de l’implication fréquente des tricycles dans des cas d’accident et d’incivisme de la circulation routière aux conséquences souvent dommageables, avait été annoncée au cours d’une conférence de presse organisée le 22 février 2018 par le Commissaire Central de Police de la ville de Bobo-Dioulasso.

A cette occasion, le Commissaire Principal de Police Oumarou SONGNE, Commissaire Central de Police de la ville de Bobo-Dioulasso, rappelait aux populations en général et à l’association des conducteurs de tricycles de Bobo-Dioulasso en particulier, la réglementation relative à la circulation des tricycles, notamment le décret N°2012-559 du 05 juillet 2012 portant conditions et modalités d'exploitation à titre onéreux et pour compte propre des vélomoteurs, motocyclettes, tricycles et quadricycles dans les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Terminant son propos, le Commissaire Central annonçait des opérations de sensibilisation et de répression à partir du 20 mars 2018.

En moins de 72 heures, l’opération en cours a permis la saisie de plus d’une centaine de tricycles pour des cas de violation flagrante à la réglementation (non-respect des feux tricolores, vitesse excessive, transport mixte, transport de personnes, etc.).

Quelques incidents émaillent l’exécution de cette opération, sans pour autant entamer la détermination des missionnaires. Sont de ceux-là ce conducteur de tricycle qui a violemment tenté de se soustraire au contrôle dans la soirée du 15 août. Il a été interrompu dans sa manœuvre par un coup de feu des policiers dans le pneu de son engin. La balle traversa la gente et la carrosserie pour ensuite aller se loger dans la cheville de l’une des passagères du tricycle. Rapidement prise en charge par les services de santé de la ville de Bobo-Dioulasso, la vie de celle-ci est hors de danger.

Le conducteur indélicat quant à lui a été interpellé et a rejoint les autres individus interpellés dans le cadre de cette opération. Ils seront déférés devant le Parquet dans les jours à venir pour des faits, entre autres, de violence et de voie de fait sur les missionnaires, d’outrage à agent, de vandalisme contre les équipements des missionnaires.»

 

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé