Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

SOCIETE

Orange Money, vole au secours des futurs étudiants. En effet, depuis ce 6 septembre 2018 et par le biais d’une convention signée entre cet opérateur de téléphonie mobile et les présidents des Universités du Burkina, les nouveaux bacheliers pourront désormais procéder au paiement de leur frais d’inscription depuis leur lieu de résidence.

Fini les longues files d’attente aux guichets des universités publiques du Burkina Faso, pour ce qui est du paiement des frais d’inscription. Par le biais de la plateforme « Campus Faso », les néo étudiants pourront désormais s’inscrire via le paiement en ligne. Pour l’ensemble des parties signataires, cette nouvelle disposition regorge de nombreux avantages en ce sens, qu’elle permettra aux étudiants de gagner en temps et aussi d’entrevoir beaucoup plus de facilité quant aux choix des filières. Du coup, cette nouvelle donne assurera une identification quasi-totale de l’ensemble des étudiants. C’est à l’université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo qu’est intervenue cette signature de convention entre les présidents des universités et Orange Burkina.

Selon Ben-Cheick Haïdara, Directeur général de Orange Burkina, l’on est face à une innovation majeure qui, d’une certaine façon facilite la procédure d’inscription aux étudiants. Mais aussi, vient booster davantage la transformation digitale tant prônée au sein de l’administration des différentes universités. Pour les responsables de la compagnie de téléphonie mobile, de par ce partenariat, ce sont « 38.000 étudiants de la crue 2018, qui pourront s’acquitter instantanément de leurs frais de scolarité en composant depuis leurs téléphones Orange *144*4*6*montant# pour ce recevoir un code qui leur permettra de valider leurs inscriptions sur le site web de l’université ».

Abordant dans le même sens, que son partenaire sur le coup, le ministre en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr Alkassoum Maïga, n’a pas manqué de saluer à sa juste valeur cette initiative qui voit le jour désormais ici au Burkina Faso. A en croire celui-ci, ceci constitue un premier pas et pourrait s’apparenter à une rampe de lancement. C’est à juste titre, qu’il appelle « tout un chacun à un esprit de responsabilité pour que l’essai soit un coup de maître pour notre système d’enseignement supérieur ».

Ainsi, pour le Pr Alkassoum Maïga, ce point de départ doit servir à entrevoir d’autres initiatives qui certainement viendront apporter des solutions adéquates aux difficultés que connait l’enseignement supérieur. Aussi, le directeur général de Orange Burkina a saisi l’occasion pour inviter les nouveaux bacheliers à faire de cette disposition la leur, en ce sens que l’objectif est de la « pérenniser » et la « développer » à leur bénéfice.

Cependant, ce procédé d’inscription en ligne ne concerne d’abord que les nouveaux étudiants désireux de poursuivre leurs études dans les universités publiques du Burkina. Il s’agit à cette effet de l’université Ouaga I Pr Joseph ki Zerbo, l’université Ouaga II, l’université Norbert Zongo de Koudougou, l’université de Ouahigouya, l’université de Fada N’Gourma, l’université Nazi Boni et  l’université de Dédougou.   

 

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé