Aujourd'hui,
URGENT
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)
Etats-Unis: au moins douze morts dans une fusillade en Californie
Musique: le Rwandais Buravan, est le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018
Burkina: augmentation de 75 FCFA du prix du carburant à partir du vendredi 9 novembre 2018 (conseil des ministres).
Pakistan: la chrétienne Asia Bibi poursuivie pour blasphème et acquittée il y a une semaine a été libérée (Officiel)
Ouagadougou:  l'échangeur du nord ouvert à la circulation le 15 novembre 2018
Burkina: près 700 000 femmes ont bénéficié de la gratuité de l’accouchement (président du Faso)
Cameroun:  Paul Biya  a prêté serment pour son 7e mandat

Image: AFP/FAO

SOCIETE

Un rapport conjoint de l’organisation des nations unies pour l’alimentation  et l’agriculture (Fao) et quatre autres agences onusiennes a révélé  une augmentation du taux de personnes affamées à travers le monde. En 2017, le document estime à près de  821 millions, le nombre de personnes qui ont eu faim dans le monde  contre 804 millions en 2016.

En 2010, l’Onu s’était pourtant assigné  un objectif d’éradiquer jusqu’en 2030,  la faim dans le monde. En effet, l’objectif n°2 des ODD prévoit « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » d’ici 2030. Ce rêve se voit un échec parce que selon ce rapport, le nombre de personnes affamées a augmenté pour la troisième fois consécutive.  

En croire ces chiffres, le continent africain  demeure le plus touché  avec 21 % de sa population mal nourrie suivi de l'Asie avec 11,5 %. Cette situation déplorable s’explique selon les auteurs de cette étude, aux variations  climatiques qui rendent  la tâche plus difficile aux paysans. « Cette année, l'accent a été mis sur le changement climatique, le rapport démontre clairement que la variabilité du climat, et l'exposition à des phénomènes extrêmes, plus complexes, plus fréquents et plus intenses, ont remis en cause les progrès observés dans l'éradication de la faim et de la malnutrition », a expliqué José Graziano da Silva, directeur général de la FAO cité par RFI.

Pour rectifier le tir, les auteurs du document ont fait savoir qu’il fallait aider les paysans du sud en investissant dans les semences améliorées et dans la préservation des récoltes. Toute fois si le dérèglement climatique  est pointé  du doigt, la guerre demeure l'une des premières causes de malnutrition selon les chercheurs et 151 millions d'enfants  dans le monde souffrent encore de la faim.

Au Burkina Faso, selon les chiffres du ministère en charge de l’agriculture, durant la période de soudure (juin à août 2018), 620 394 personnes ont été en situation d’insécurité alimentaire.