Aujourd'hui,
URGENT
Mali: la première phase de l'opération de désarmement DDR terminée à Tombouctou
Diplomatie: le président du Faso en visite officielle à Paris a salué le respect des engagements pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)

SOCIETE

Le mouvement des jeunes Youth ending hunger (YEH) en collaboration avec l’ONG Hunger free world a organisé une conférence publique le 6 octobre 2018 à Ouagadougou. 8è du genre, cette conférence avait pour but, de sensibiliser la jeunesse estudiantine pour son implication dans le combat pour la constitutionnalisation du droit à l’alimentation.

Cette conférence publique avait pour thème : «L’implication de la jeunesse pour la constitutionnalisation du droit à l’alimentation au Burkina, quelles perspectives et quels moyens ?» Selon Etienne Yaméogo, coordonnateur national du mouvement YEH, l’objectif est de donner l’information nécessaire aux jeunes afin qu’ils s’impliquent dans ce combat. «Beaucoup de jeunes n’ont pas connaissance de la nécessité du droit à l’alimentation. Ensuite, nous les sensibilisons à voter Oui au cas où il y aurait un référendum sur la nouvelle Constitution dans laquelle ce droit est désormais consacré», fait remarquer M. Yaméogo.

Pour le conférencier Dissan Boureima Gnoumou, député-maire de Houndé et président du Réseau des parlementaires pour la sécurité alimentaire et la nutrition au Burkina, il y a suffisamment de quoi nourrir tous les habitants de la planète. Cependant, il y a encore la malnutrition qui sévit et près de 825 millions de personnes qui souffrent de ce fléau dont près de 815 millions dans les pays en voie de développement. «Même les pays en voie de transition nutritionnelle souffrent de cette faim et cela doit interpeller», fait remarquer le conférencier qui suggère donc l’implication des Etats africains dans la démarche.

Selon lui, la sous-alimentation à des causes multiples et très complexes. Pour lui, l’on ne devrait pas se limiter au fait que ce fléau soit lié forcement aux phénomènes sociaux que sont les guerres, les catastrophes naturelles etc. «Ce fléau peut être lié aussi à l’injustice sociale et la discrimination qui font que certains n’ont pas accès à la disponibilité. Lorsque nous voulons éliminer ces formes d’injustices sociales qui empêchent certains à avoir l’accès à l’alimentation, il est naturel qu’on en face un droit constitutionnalisé qui ne saurait être foulé au pied par qui que ce soit», indique M. Gnoumou.

Mais pour le spécialiste en nutrition et parlementaire, même si ce droit à l’alimentation est inscrit dans la Constitution au Burkina, il ne suffit pas d’avoir un document mais il faut le mettre en pratique. C’est pourquoi, il demande l’engagement de toute la jeunesse dans la vulgarisation de ce droit auprès des populations. Chose que fait déjà le mouvement YEH et l’ONG Hunger free world qui depuis un moment, multiplient le plaidoyer auprès des institutions burkinabè. En rappel, le mouvement YEH est un regroupement de jeunes volontaires œuvrant pour la réalisation du droit à l’alimentation au Burkina depuis 2011. 

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé