Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNPNZ) commémore chaque 20 octobre  depuis 1998, la journée nationale de la liberté de la presse. Cette année, elle est placée  sous le thème « terrorisme et accès à l’information ». Le cérémonial solennel s’est tenu ce samedi 20 octobre 2018 à Ouagadougou avec la présence du ministre en charge de la Communication.

Le 20 octobre est une date chargée de symbole pour le centre de presse Norbert Zongo. « C’est un symbole d’engagement et de détermination dans la défense de la liberté d’expression et  de la presse, symbole de conviction car le centre national de presse Norbert Zongo est convaincu  qu’une presse libre et indépendante ne peut se développer dans un environnement institutionnel et juridique liberticide » a déclaré Boureima Ouédraogo, président de la Société des éditeurs de la presse privée (Sep).

C’est ainsi qu’en 2015, en faveur de la transition, cinq lois relatives à la presse et à la communication ont été adoptées suite au « combat » et « au plaidoyer » du CNPNZ et des organisations professionnelles des médias. Ces lois dont 4 concernent la presse ont remplacé le code de l’information de 1993. 

Pour cette édition de la journée nationale de la liberté de la presse, « Terrorisme et accès à l’information » est le thème qui a été retenu. Elle a été décortiquée au cours du panel animé par le journaliste Boukari Ouoba, l’ancienne directrice générale de la RTB, Dr Danielle Bougaïré. L’Etat major général des armées qui devrait envoyer un représentant aurait décliné l’invitation. Ce qui est déplorable selon le ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.  Le panel a permis ainsi de débattre sur l’expérience du journaliste dans la couverture des événements terroristes et les problèmes d’accès aux sources d’information et sur le regard critique sur le traitement de l’information liée au terrorisme par les médias burkinabè.

Relatif à la thématique, M. Dandjinou a fait savoir que la pertinence et l’actualité du thème de cette journée interpelle à plus d’un titre au regard du contexte et du défis sécuritaire qui s’impose au Burkina Faso mais aussi à la sous-région. «  Les agressions répétées au Burkina nous contraignent  à plus de responsabilité dans le traitement et la diffusion de l’information liée au terrorisme »  a-t-il laissé entendre.

En prélude à la commémoration des 20 ans de l’assassinat du  journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons, le 13 décembre prochain, le Centre national de presse a lancé ce 20 octobre une campagne pour interpeller la justice sur les lenteurs que connait le dossier judiciaire.

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé