Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

SOCIETE

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNPNZ) commémore chaque 20 octobre  depuis 1998, la journée nationale de la liberté de la presse. Cette année, elle est placée  sous le thème « terrorisme et accès à l’information ». Le cérémonial solennel s’est tenu ce samedi 20 octobre 2018 à Ouagadougou avec la présence du ministre en charge de la Communication.

Le 20 octobre est une date chargée de symbole pour le centre de presse Norbert Zongo. « C’est un symbole d’engagement et de détermination dans la défense de la liberté d’expression et  de la presse, symbole de conviction car le centre national de presse Norbert Zongo est convaincu  qu’une presse libre et indépendante ne peut se développer dans un environnement institutionnel et juridique liberticide » a déclaré Boureima Ouédraogo, président de la Société des éditeurs de la presse privée (Sep).

C’est ainsi qu’en 2015, en faveur de la transition, cinq lois relatives à la presse et à la communication ont été adoptées suite au « combat » et « au plaidoyer » du CNPNZ et des organisations professionnelles des médias. Ces lois dont 4 concernent la presse ont remplacé le code de l’information de 1993. 

Pour cette édition de la journée nationale de la liberté de la presse, « Terrorisme et accès à l’information » est le thème qui a été retenu. Elle a été décortiquée au cours du panel animé par le journaliste Boukari Ouoba, l’ancienne directrice générale de la RTB, Dr Danielle Bougaïré. L’Etat major général des armées qui devrait envoyer un représentant aurait décliné l’invitation. Ce qui est déplorable selon le ministre en charge de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou.  Le panel a permis ainsi de débattre sur l’expérience du journaliste dans la couverture des événements terroristes et les problèmes d’accès aux sources d’information et sur le regard critique sur le traitement de l’information liée au terrorisme par les médias burkinabè.

Relatif à la thématique, M. Dandjinou a fait savoir que la pertinence et l’actualité du thème de cette journée interpelle à plus d’un titre au regard du contexte et du défis sécuritaire qui s’impose au Burkina Faso mais aussi à la sous-région. «  Les agressions répétées au Burkina nous contraignent  à plus de responsabilité dans le traitement et la diffusion de l’information liée au terrorisme »  a-t-il laissé entendre.

En prélude à la commémoration des 20 ans de l’assassinat du  journaliste Norbert Zongo et de ses compagnons, le 13 décembre prochain, le Centre national de presse a lancé ce 20 octobre une campagne pour interpeller la justice sur les lenteurs que connait le dossier judiciaire.

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé