Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

SOCIETE

La question de l’assistance médicale en mer a été débattue au cours d’une session de formation le 16 octobre dernier à Abidjan par l’institut de sécurité maritime interrégional (ISMI).

Du mardi 16 au vendredi 19 octobre 2018, l`Académie régionale des sciences et techniques de la mer (ARSTM) d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a abrité un séminaire sous régional sur le renforcement de capacités des acteurs. Venus des Etats du Golfe de Guinée, les participants étaient essentiellement des acteurs du dispositif de secours en mer -commandants de moyens d’intervention (Marine ou Garde-Côtes), médecins en charge de l’aide médicale en mer, opérateurs ou responsables de centres opérationnels de coordination des secours en mer-, etc. 

Ils ont renforcé leurs capacités en matière d’aide médicale en mer dans le cadre des conventions et des recommandations émanant des organisations internationales et de l’apport aux acteurs d’une opération d’aide médicale en mer les outils nécessaires.

D’après le colonel Karim Coulibaly, directeur général de l’ARSTM, «la profession de marin est une activité à haut risque qu’impose des problèmes spécifiques en cas de blessure ou de maladie aussi bien en mer que dans des ports éloignés des pays d’origine des gens de mer.»

«Il ne se passe pas de jours de jours sans qu’un navire ne soit attaqué par des pirates pour sa cargaison ou son équipage, sans que les ressources halieutiques soient pêchées en toute illégalité, sans que les trafiquants de drogue essaient de faire passer leurs marchandises par les frontières terrestres, maritimes ou aériennes, sans que des passagers clandestins accèdent à bord de navires en escale ou tentent de franchir les mers vers les destinations européennes, sans qu’un acte de terrorisme ne soit posé», précise de son côté le directeur général  des  affaires maritimes et portuaires d’Abidjan, Bertin Tano. 

Sans compter, ajoute-t-il, qu’ à côté de la grande criminalité maritime, «on assiste aussi de manière récurrente à des accidents ou incidents maritimes qui impliquent souvent des efforts en matière de recherche et de sauvegarde maritime et surtout de prise en charge médicale d’urgence des sinistrés souvent membres des équipages maritimes.» 

Malheureusement, notera M. Tano, la majeure partie des dispositifs dans le golfe de Guinée sont dépourvues de moyens. «De nombreux accidents dont ont été victimes les marins ces dernières années à bord des navires présents dans cette zone, ont montré les insuffisances dans la mise en place  des systèmes de sauvetage en général et plus particulièrement dans l’organisation de l’assistance aux malades ou aux blessés», a-t-il regretté. 

Le séminaire d’Abidjan vient donc à point nommé, en ce sens qu’il a non seulement permis aux acteurs de renforcer leurs capacités en matière d’assistance médicale en mer mais aussi de former des ressources humaines de qualité afin de bâtir une économie maritime plus sécurisée, sûre et durable.

Il a également permis aux États participants de traiter de la problématique de l’assistance en mer notamment dans les états du golfe de Guinée.

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé