Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

SOCIETE

Les femmes des structures syndicales, des partis politiques, des organisations de la société civile et des associations féminines ont réuni la presse ce vendredi 26 octobre 2018 à Ouagadougou pour leur annoncer la création d’une plateforme dénommée «gagner avec les femmes au Burkina Faso» (GF-BF).

L’objectif global de la plateforme «gagner avec les femmes au Burkina Faso» est de contribuer à améliorer le taux de représentation et de représentativité des femmes dans les instances décisionnelles socioprofessionnelles, économiques et politiques du Burkina Faso. Pour la coordonnatrice nationale, Germaine Pitroipa, la présente plateforme se veut un cadre de rencontre d’échanges et de concertation entre les personnes morales partageant les mêmes valeurs d’intégrité, de solidarité, de justice, d’équité, de tolérance et d’engagement. 

Selon elle, la plateforme «gagner avec les femmes au Burkina Faso» réunit en son sein, les structures spécifiques de femmes des partis politiques sans distinctions d’idéologie ni de bord politique, des organisations de la société civile et des associations féminines, syndicats sans distinctions de statut social qui adhèrent à cette plateforme. «Notre ambition est de promouvoir une société plus juste et équitable où femmes et hommes participent au même titre au développement économique, social et politique du Burkina Faso» a-t-elle fait savoir.

Germaine Pitroipa et ses camarades ont affirmé que les femmes sont les plus exposées à la pauvreté parce qu’elles n’ont pas accès aux facteurs de production et aussi, la loi sur le quota genre de 30% a été littéralement «foulée aux pieds presque par tous les partis politiques». Pour les conférencières, les femmes doivent alors prendre leur destin en main. «C’est animé par cette conviction que nous avons décidé de mutualiser nos énergies afin d’améliorer la représentation et la représentativité des femmes dans toutes les instances» a précisé la coordonnatrice nationale. 

De son avis, la situation de la femme burkinabè, particulièrement préoccupante, appelle à une mobilisation continue des associations de défense des droits de la femme contre les pesanteurs socio-culturelles qui entravent son épanouissement. C’est pourquoi, la plateforme s’est fixée pour missions, entre autres, d’impulser la dynamique de promotion de la femme dans les sphères décisionnelles, d’œuvrer à l’amélioration du cadre institutionnel et juridique en faveur de la participation effective des femmes dans les instances de décisions. L’idée de créer cette plateforme est née en juin 2017 suites aux conclusions des travaux des ateliers de réflexion sur la place de la femme dans le développement économique, social et politique et sa juste représentation et représentativité dans les instances de décisions à tous les niveaux de la société.

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé