Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

SOCIETE

Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique(MJDHPC) a ouvert vendredi, les travaux d’un atelier de validation du rapport 2017. Cet atelier selon cette dépêche de l’AIB a pour objectif de réfléchir sur les 270 cas d’atteintes  et de violations des droits de l’homme enregistrés au Burkina Faso.

Selon la directrice de la protection contre les violations de droits humains Bernadette Kanazoé/ Ilboudo, le rapport de 2017 fait  état de deux cent soixante-dix(270) cas de violations des droits humains, enregistrés par les services en charge du ministère  de la MJDHPC. D’après elle, parmi les cas enregistrés, on  dénombre cent quinze(115) cas relatifs  aux droits civils et politiques, cent quarante-trois (143) cas relatifs aux droits  socioéconomiques  et culturels ainsi que douze(12) cas pour les droits de la solidarité.

Mme Kanazoé s’exprimait Vendredi à Ouagadougou, au cours d’un atelier de validation du rapport 2017 sur les cas de violation des  droits humains au Burkina Faso.

Elle a précisé  que le ministère note une régression de l’ensemble des cas  par rapport en 2016 avec  quatre cent trois(403)  cas de violation enregistrés au  total. «Cet atelier va permettre au ministère d’avoir la situation générale sur les violations des droits de l’homme  et de prendre des mesures appropriées pour lutter efficacement contre ce problème au Burkina Faso»,  a soutenu Bernadette Kanazoé/ Ilboudo.

Pour le secrétaire général (SG) du  MJDHPC, Théophile Sawadogo, le Burkina Faso s’est engagé dans la promotion et la protection des droits humains à travers plusieurs conventions de défense des droits  humains. M. Sawadogo a souligné que le pays  doit éviter la violation des droits humains par la prise des dispositions législatives et d’actions  en vue de promouvoir les  droits de l’homme.

 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé