Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

Photo de famille des trois lauréats

SOCIETE

Pour la seconde fois, le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ), à travers le prix Pax Sahel, a primé des journalistes. Les lauréats de l’édition 2018, à l’instar des précédents sont des acteurs des médias sensibles aux conflits. Tenu ce samedi 10 novembre  2018, ce rendez-vous  a sacré Waboué Bakouan, officiant à la radio « Manivelle » de Dano, pour la pertinence de son œuvre « L’étal bleu ou le tribunal populaire de l’étal dagara de Dano ».

Waboué Bakouan a damé le pion à ses concurrents directs à l’occasion de l’initiative portée par le RIJ et distinguant les ouvres journalistiques traitant des conflits. Justifiant la teneur d’un tel événement, Mohamed Kassoum Sanfo, en sa qualité de coordonnateur du RIJ a indiqué que « le journaliste doit dans la mesure du possible orienter le traitement de l’information vers un apaisement social d’où ce que nous appelons le journaliste sensible au conflit ». Foi de ce dernier, l’instauration de ce prix, se veut être un moyen d’encouragement pour un meilleur traitement de l’information relative aux différents conflits.

Ce sont 23 productions journalistiques, qui ont été enregistrées pour cette édition 2018. De ces celles-ci, notons que trois sont maliennes. La palme est revenue à l’œuvre traitant du règlement des conflits à Dano, dont l’auteur est Waboué Bakouan de la radio « Manivelle » de Dano. Il a reçu un ordinateur portable et la somme de 500.000 F CFA. Les deux autres lauréats de cette soirée, sont Marie Yé et Jean Baptiste Bouda, respectivement de la radio Arc-en-ciel et de la radio nationale. Ils repartent chacun avec un ordinateur portable et les sommes de 300.000 F pour la 2e et 200.000 F pour le 3e.

Des prix d’encouragement ont également été décernés au cours de cette soirée. Ils sont revenus à Sibiri Simporé, Larissa Tiendrébéogo Yerbanga et Awa Bilgo. Les œuvres de ces derniers ont bénéficié d’un financement. Ils sont repartis chacun avec un dictaphone et un guide, en vue de parfaire le traitement de l’information sur les conflits.   

Par ailleurs, déplorant la non-prise en compte d’œuvres en langues nationales, le jury a recommandé au RIJ de tenir compte des différentes catégories existantes dans le monde journalistique pour les éditions futures. Le prix Pax Sahel, dont le RIJ en est porteur a bénéficié de l’appui de la  Deutche Welle Akademie.

 

 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé