Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

SOCIETE

La cérémonie officielle d’ouverture des activités de la 14ème édition de la Semaine nationale de l’internet (SNI) a eu lieu ce jeudi 22 novembre 2018 sous la présidence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Cette semaine de valorisation des technologies de l’information et de la communication qui se tient du 20 au 24 novembre à Ouagadougou est placée sous le thème «Innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société».


Pour le porte-parole des parrains de cette édition, Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina, ce thème est bien à propos car, les Technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’innovation numérique sont aujourd’hui perçues comme des opportunités pour accélérer le développement et pour le cas spécifique du Burkina Faso, des leviers pouvant lui permettre d’atteindre les objectifs fixés dans le Plan national de développement économique et social (PNDES).

Il dit encourager la vision portée par les autorités à relever les principaux défis mais aussi saisir les opportunités que présentent les TIC pour le peuple burkinabè. Pour ce faire, il a indiqué qu’il faudrait surtout mettre l’accent sur les reformes de deuxième génération dans le secteur et ne pas perdre de vue les facteurs clés. Il s’agit notamment de rendre ces technologies plus abordables pour atteindre les populations vivant actuellement hors des zones de couverture des réseaux, d’offrir ensuite un accès plus large à des services plus sophistiqués et plus abordables comme l’accès haut débit à internet. Comme troisième facteur, tirer parti de ces nouvelles infrastructures pour améliorer la fourniture des services publics et enfin développer les compétences et l’employabilité des citoyens et les aligner sur les besoins des industries des services en relation avec les technologies de l’information et l’économie du savoir.

Le Burkina, du fait de son enclavement géographique, reste encore pénaliser par les coûts élevés de la connectivité internationale. En conséquence, l’accès à internet demeure largement inabordable pour les 40% les plus pauvres, les excluant de la plupart des avantages sociaux et des opportunités économiques offertes par les services numériques. A entendre le Premier ministre Paul Kaba Thièba, des projets allant dans le sens de la réduction des coûts de la connectivité sont en cours.
Par ailleurs, la ministre en charge du Développement de l’Economie numérique, Hadja Fatimata Ouattara/Sanon a indiqué que la SNI a atteint la maturité après 13 éditions. C’est pourquoi, selon elle, à la 15ème édition en 2019, la SNI sera désormais la Semaine du numérique.

La Semaine nationale de l’internet qui a pour objectif global de promouvoir et de vulgariser l’internet et les autres technologies de l’information et de la communication est une manifestation annuelle à caractère national organisé sans discontinuer depuis la 1ére édition tenue en 2003.  Aux dires du président national du comité d’organisation, Kizito Traoré, elle s’est affirmée comme une formidable opportunité offerte aux acteurs professionnels et aux amateurs d’échanger les points de vue, de partager leurs expériences et visions sur divers thématiques. Outre les activités habituelles des éditions antérieures, cette 14ème édition a enregistré des innovations majeures notamment la journée des logiciels libres, la journée des communautés, la formation grand public sur la création de blog, la journée sans papier, le musée des télécommunications et l’espace démo au salon international des TIC de Ouagadougou (SITICO), entre autres.

Il a de ce fait inviter les citoyens burkinabè à s’approprier l’ensemble des activités de cet événement national afin de faire en sorte qu’une bonne mobilisation du potentiel des TIC puisse constituer un puissant levier pour impulser un développement économique et social durable pour notre pays.