Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 

SOCIETE

La 13e édition des traditionnelles Journées nationales du refus de la corruption (JNRC) se tiendront du 1er au 10 décembre 2018. L’édition de cette année est placée sous le thème : «La corruption dans le secteur de la santé : manifestations, impacts, responsabilités des gouvernants, rôle et place des populations dans la lutte.»

S’inscrivant dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la lutte contre la corruption qui a lieu le 9 décembre de chaque année, les JNRC constituent pour le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-Lac), un véritable cadre de sensibilisation des populations sur les méfaits de la corruption et d’interpellation des pouvoirs publics pour la prise de mesures vigoureuses en vue de lutter plus efficacement contre le phénomène.

Selon le Dr Claude Wetta, secrétaire exécutif du Ren-Lac, le rapport 2017 de l’institution sur l’état de la corruption au Burkina, qui classe la santé au 13è rang des services publics les plus touchés par la corruption, pointe du doigt les rakets de patients lors des consultations, les détournements de matériels et de médicaments couverts par la gratuité, ainsi que les détournements de malades vers les centres de santé privés. Ces éléments selon le Dr Wetta, sont renforcés par les résultats d’une étude spécifique réalisée courant 2017 et édité en 2018 par le Ren-Lac.

«En plus de l’insuffisance du matériel biomédical dans les centres de santé, les pratiques telles que la vente directe de produits par les agents de santé, les surfacturations des médicaments, l’utilisation des réactifs et du matériel du service public à des fins privées, les détournements de médicaments subventionnés au profit des pharmacies privées ou la vente de médicaments par les prestataires de soins dans les services de santé, etc., sont légion. Il s’agit de pratiques malsaines et mafieuses qui se développent aujourd’hui dans la quasi-totalité des centres de santé publics, transformant nos hôpitaux en des cliniques privées au profit d’agents indélicats», fait remarquer le SE du Ren-Lac. Alors que le phénomène semblait amorcer une baisse, selon les résultats des sondages 2015 et 2016 du réseau, ceux du sondage 2017 ont révélé une recrudescence de la perception des faits de corruption.

Ces pratiques selon M. Wetta ne sont pas sans conséquences. «Il est en effet indiscutable que la corruption compromet l’accès effectif des populations, surtout celles pauvres, à des soins de santé de qualité. Cette situation peut avoir de fortes répercutions sur leur productivité économique et partant, menacer leur survie», indique Claude Wetta. En plaçant cette 13è édition des JNRC sous le signe de la corruption dans la santé, le Ren-Lac entend mettre ce secteur au cœur des priorités de la lutte anti-corruption en 2019. Il est donc attendu une mobilisation de tous les acteurs pour faire front commun contre ce fléau dévastateur dans les centres de santé.

Les activités commémoratives de cette 13è édition auront lieu à Ouagadougou et dans les cinq régions abritant les Comités régionaux anti-corruption (Crac). A Ouagadougou, les activités prévues sont entre autre : un panel sur le thème des JNRC ; le lancement officiel de la plateforme d’information anti-corruption «Veenem AC» ; des conférences publiques dans les écoles de santé publique et privées ; animation de théâtres forum à Bogodogo et à Bissighin ; animation d’émissions télé et radio pour alimenter le débat public sur la thématique de la corruption dans le secteur de la santé.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé