Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

SOCIETE

Comme prévu, ce jeudi 29 novembre 2018, la Coalition contre la vie chère (CCVC) à tenu sa marche de protestation contre la hausse du prix du carburant à Bobo-Dioulasso. A la suite de la remise de la lettre de protestation au secrétaire général de la région, le coordonnateur de la CCVC/ Hauts Bassins, Bakari Millogo, a fait au gouvernement une mise en garde sur l’éventualité d’une nouvelle insurrection au Burkina.

Le 10 novembre dernier, le gouvernement du Burkina Faso a décidé de la hausse du prix du carburant de 75 FCFA sur le litre à la pompe. A l’appel de la CCVC, pour protester, dans les Hauts-Bassins, particulièrement à Bobo, les militants ne se sont pas fait prier quant à la mobilisation. Ce sont environ 1 500 manifestants qui ont marché de la Bourse du Travail au gouvernorat, selon une version policière. De quoi ragaillardir Bakari Millogo, le coordonnateur régional de la Coalition qui, du reste, tient une verve très caustique contre le gouvernement. 

 «Notre peuple ne veut plus être gouverné comme avant. Au-delà du mépris dans la forme de cette décision, nous avons estimés que les motivations du gouvernement  ne nous convainquent pas du tout», a-t-il lancé. Avant de s’emporter contre les autorités actuelles, mais surtout contre le ministre du Commerce: «Aujourd’hui, nous savons qu’il y a des dignitaires qui, après avoir pillé notre peuple, ont des centaines de milliards. Il suffit de les prendre! En plus de ça, nous avons été frustrés qu’un ministre du Commerce puisse justifier cela (la hausse du prix de l’essence, Ndlr) par l’effort de guerre. C’est grave ! C’est une honte pour la république. Il ne revient pas au ministre du Commerce de parler de la question de la sécurité de notre pays. Nous estimons qu’il faut respecter les institutions».

Et Bakari Millogo de poursuivre dans ses invectives: «Vous voyez la mobilisation ? C’est dire que la prochaine insurrection population sera plus que ce qu’on a connu en octobre 2014… Nous estimons que trop c’est trop et nous ne pouvons pas accepter cela… La mobilisation de ce matin montre que notre peuple ne veut plus de ça. Nous sommes en train de tendre vers le divorce. Et le divorce, est un précurseur des révolutions. La mobilisation, c’est l’expression d’une colère. On ne veut plus être gouverné comme avant. C’est clair. Nous l’avons dit. La prochaine fois, on montera d’un cran. Ils veulent balayer les acquis de l’insurrection de la mémoire de notre peuple. Chose que notre jeunesse refuse». 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé