Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

SOCIETE

Le réseau, Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) a entamé, jeudi ce jeudi 6 décembre à Ouagadougou, la 1re  édition du Salon international de la coopération pour le développement (SICOD). Selon cette dépêche de l’AIB, ce salon a pour but de rendre plus visibles les actions de coopération entre  le gouvernement et ses partenaires.

«Le SICOD vise à contribuer par la communication à la visibilité, la bonne gouvernance et à la gestion participative des actions de coopération pour le développement en mettant en exergue les pans des relations qu’entretient le Burkina Faso avec ses partenaires au développement», a déclaré le ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles (MJFIP), Soumaïla Ouédraogo.

M .Ouédraogo, s’exprimait jeudi, à l’ouverture officielle du SICOD, une manifestation qui se tient du 6 au 10 décembre 2018, autour du thème : «Quelles stratégies de communication pour une meilleure visibilité des actions de coopération dans un contexte de menaces sécuritaires au Burkina Faso».

Selon le président du  comité d’organisation du Salon, Jean Victor Ouédraogo, le choix de ce thème a été dicté par le contexte sécuritaire qui est aujourd’hui celui du Burkina Faso. «La lutte contre le terrorisme ne saurait être l’apanage des Forces de défenses et de sécurités (FDS). Tout citoyen épris de paix et de stabilité y a sa partition à jouer», a-t-il indiqué. C’est pourquoi, de son avis, le rôle des communicateurs et journalistes dans cette nouvelle donne est de toujours traiter l’information relative à la sécurité avec tout le professionnalisme requis et le sens de la responsabilité sociale.

Pour la représentante des Partenaires techniques et financiers(PTF) du Burkina Faso, Mme Metsi Makhetha, dans le contexte sécuritaire difficile où les citoyens ont besoin d’informations fiables et impartiales provenant des sources médiatiques diversifiées, l’initiative est à louer.

Le SICOD est né de la volonté des journalistes et communicateurs pour susciter un changement dans les stratégies de communication sur les actions de coopération pour le développement du Burkina Faso.

Agence d'Information du Burkina

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé