Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé

SOCIETE

Le réseau, Initiatives des journalistes africains pour la coopération et le développement (IJACOD) a entamé, jeudi ce jeudi 6 décembre à Ouagadougou, la 1re  édition du Salon international de la coopération pour le développement (SICOD). Selon cette dépêche de l’AIB, ce salon a pour but de rendre plus visibles les actions de coopération entre  le gouvernement et ses partenaires.

«Le SICOD vise à contribuer par la communication à la visibilité, la bonne gouvernance et à la gestion participative des actions de coopération pour le développement en mettant en exergue les pans des relations qu’entretient le Burkina Faso avec ses partenaires au développement», a déclaré le ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelles (MJFIP), Soumaïla Ouédraogo.

M .Ouédraogo, s’exprimait jeudi, à l’ouverture officielle du SICOD, une manifestation qui se tient du 6 au 10 décembre 2018, autour du thème : «Quelles stratégies de communication pour une meilleure visibilité des actions de coopération dans un contexte de menaces sécuritaires au Burkina Faso».

Selon le président du  comité d’organisation du Salon, Jean Victor Ouédraogo, le choix de ce thème a été dicté par le contexte sécuritaire qui est aujourd’hui celui du Burkina Faso. «La lutte contre le terrorisme ne saurait être l’apanage des Forces de défenses et de sécurités (FDS). Tout citoyen épris de paix et de stabilité y a sa partition à jouer», a-t-il indiqué. C’est pourquoi, de son avis, le rôle des communicateurs et journalistes dans cette nouvelle donne est de toujours traiter l’information relative à la sécurité avec tout le professionnalisme requis et le sens de la responsabilité sociale.

Pour la représentante des Partenaires techniques et financiers(PTF) du Burkina Faso, Mme Metsi Makhetha, dans le contexte sécuritaire difficile où les citoyens ont besoin d’informations fiables et impartiales provenant des sources médiatiques diversifiées, l’initiative est à louer.

Le SICOD est né de la volonté des journalistes et communicateurs pour susciter un changement dans les stratégies de communication sur les actions de coopération pour le développement du Burkina Faso.

Agence d'Information du Burkina

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé