Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

SOCIETE

Une cellule de terroristes présumés -composée de deux Burkinabè, un Ivoirien et un Malien- a été démantelée jeudi 6 décembre au Mali, selon les services de renseignements de ce pays. Elle est soupçonnée de préparer des attentats à Ouagadougou, Bamako et Abidjan à l’occasion des fêtes de fin d’année, d'après un communiqué de presse des renseignements maliens. 

«Adama Konaté, 31 ans originaire de Yira Dioubasso au Burkina, tout comme son frère Kassim Konaté ainsi que Youssouf Sako et Abdramane Sanogo ont été appréhendés alors qu’ils s’apprêtaient à perpétrer des attentats sur certains points sensibles d’Abidjan, Bamako et Ouagadougou lors des fêtes de fin d’année», selon le communiqué des renseignements maliens. Ils ont été interpellés près de Koutiala (sud), non loin de la frontière avec le Burkina Faso. 

Le chef de la cellule, Adama Konaté, et ses trois lieutenants auraient participé au double attentat du 2 mars dernier à Ouagadougou contre l’Etat-major général des armées et l’ambassade de France. Cette  double attaque avait fait 8 morts et 85 blessés. 

C’est lui qui assurait la succession d’Abdallah Sawadogo, le djihadiste abattu par les gendarmes burkinabè à Rayongo, en périphérie de Ouagadougou, le 22 mai 2018.

«A ce titre il était devenu le point focal des groupes terroristes dans la jonction des trois frontières, (Mali, Burkina et Cote d’Ivoire) et avait entamé une opération de recrutement. Toutefois Kassim Konaté installé à Abidjan était chargé de la reconnaissance des sites susceptibles de faire objet d’éventuels attaques», relate le document.

Sur lui, ont été découvert des images des différents endroits ciblés.

La cellule démantelée serait aussi impliquée dans l'enlèvement d'une  religieuse colombienne en février 2017 dans cette région du Mali, précisent  les renseignements maliens dans le communiqué publié mercredi 12 décembre.

Les trois pays collaborent étroitement pour agir efficacement dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, conclut le communiqué.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé