Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

SOCIETE

Les élèves de l’Ecole des cadres supérieurs en travail social (ECSTS) sont mécontents de leur administration. En effet selon eux, pour des raisons de santé et avec des certificats médicaux établis en bonne et due forme, l’administration de l’Institut national de formation en travail social (faitière de l’ECSTS) a décidé de sanctionner les élèves en leur faisant reprendre l’année scolaire. Toute chose qui a suscité le couru de ceux-ci. Ce mardi 18 décembre 2018, ils ont manifesté leur mécontentement à travers une conférence de presse.

L’Ecole des Cadres Supérieurs en Travail Social  forme les agents concepteurs du ministère de la Femme de la Solidarité nationale et de la Famille. A en croire Ladenté Sansan Hien, le délégué général des élèves, ils vivent des  situations «très difficiles» durant leur formation dues  à  une mauvaise interprétation et une application «inhumaine» de certaines dispositions du règlement intérieur par l’administration de l’INFTS (Institut nationale de formation en travail social).  

En espace de deux ans explique Ladenté Sansan Hien, ils ont enregistré deux cas pour lesquels   l’administration de l’INFTS décide de sanctionner les élèves en leur faisant reprendre une année scolaire  pour des raisons de santé et avec des certificats médicaux établis «en bonne et due forme».  «En fin 2016, un élève inspecteur d’éducation de jeunes enfants a été victime d’un accident de circulation, après son séjour à l’hôpital, il a justifié son absence par des certificats médicaux. Malgré tout, l’administration n’a trouvé autre chose que de le traduire en conseil de discipline comme si tomber malade ou être victime  d’un accident de circulation relevait d’un acte d’indiscipline», a expliqué le délégué général. En juin 2018, alors que ce dernier s’apprêtait pour sa soutenance, il fut à nouveau victime d’un accident et malgré sa double fracture (jambe et bras), il s’est déplacé en ambulance médicalisée sous civière pour défendre son document. Il a rendu l’âme dix jours après sa soutenance d’après Brahima Soulama, délégué au sport.

Le second cas sur lequel porte la lutte actuelle concerne un élève administrateur  des affaires sociales qui a lui aussi été victime d’un accident le 21 avril 2018. A la sortie de l’hôpital, et au moment où il s’apprêtait pour son stage, il est informé qu’il ne peut effectuer le stage. Les demandes d’audiences pour comprendre  les raisons d’une telle décision «injuste et empreint d’un abus de pouvoir» auprès du directeur général de l’INFTS sont restées sans suite d’après le bureau.

C’est constatant le refus du dialogue à ce niveau et une note adressée au ministère de tutelle  que le président du conseil d’administration a été saisi le 26 juin 2018. L’élève en question ayant  pu commencer son stage avec un mois de retard à constater le refus de l’administration de prendre en compte certaines de ses  notes malgré les copies attestant ses notes dans ces modules. « Une autre demande d’audience à l’endroit du directeur général est restée sans suite. Nous avons alors  décidé de ressaisir le conseil d’administration le 15 octobre 2018 mais depuis lors notre requête n’a pas de suite», ajoute M. Hien.

Par conséquent, les conférenciers exigent, entre autres, une satisfaction des doléances transmises et  une prise en compte des notes réelles de leur camarade afin de lui permettre de valider son année. Si rien n’est fait, ils  se donneront  les moyens nécessaires pour engager toutes actions utiles en vue de trouver des solutions à leurs problèmes a conclu Sansan Hien.

Les explications du DG de l’INFTS

Suite à ces propos, Fasozine a rencontré l’administration de l’INFTS et de l’ECSTS. Léonard Sawadogo explique que les notes de l’élève concerné n’ont pas été prises en compte parce qu’elles ont été obtenues en fraude des principes de l’évaluation. «L’article 19 du règlement intérieur indique que la participation à un contrôle est subordonnée à la présence effective de l’élève à au moins 80% du volume horaire de ce cours. A défaut, la note zéro lui est attribuée. Il n’y a pas d’exception. C’est la règle qui prévoit son exception en droit. Ce n’est pas selon les sentiments ou émotions d’un élève qui crée son exception», fait remarquer M. Sawadogo qui à l’occasion, était assisté du directeur de l’ECSTS, Issaka Tapsoba.

Issaka Tapsoba explique d’ailleurs que c’est parce que les devoirs ont été faits en groupe que l’élève en question a eu des notes autre que les zéros attribués par l’administration. Pour lui, l’élève ne pouvait pas composer si les devoirs étaient faits individuellement en classe. «On ne peut pas permettre à un élève de composer s’il n’a pas suivi les cours», martèle M. Sawadogo. Du reste, il révèle que par soucis d’allègement, l’administration et l’élève en question avait déjà trouvé un consensus pour qu’il reprenne les huit cours non suivis. Il ne comprend pas pourquoi les élèves exigent alors que leur camarade soit intégré au mépris des textes en la matière.

Pour ce qui est de la révision du règlement intérieur exigé par les élèves, M. Sawadogo estime qu’on ne modifie par des textes juridiques en fonction de situations particulières. Il fait d’ailleurs remarquer ledit règlement intérieur a été rédigé par consensus et amendé par le ministère de tutelle en mars 2018 seulement. Toutefois, le DG de l’INFTS dit être ouvert au dialogue si et seulement les «frondeurs» s’en tiennent aux textes règlementaires.
 
 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé