Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

Droit Réservé

SOCIETE

Le ministère  de la sécurité a rappelé ce mercredi 19 décembre 2018 l’interdiction formelle de la production, de l’importation, de la vente et de la détention des pétards pour divertissement appelés jouets explosifs. Il entend appliquer la mesure dans toute sa rigueur.

Par conséquent, le département en charge de la sécurité a invité les acteurs concernés et « toute autre personne ayant des pétards en dépôt dans sa boutique ou à domicile à bien vouloir les déposer dans les services de sécurité les plus proches ».  Pour ce faire, informe toujours le ministère, « un contrôle rigoureux sera exercé par les forces de sécurité et tout contrevenant se verra appliquer des sanctions appropriées ».

En rappel, cette interdiction fait référence au communiqué N°2016-008/MCIA/SG/DGCRF du 21 novembre 2016 du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat appelant l’attention des producteurs, importateurs vendeurs et utilisateurs sur l’interdiction formelle de la production, de l’importation,  de la vente  et de la détention des pétards pour divertissement relevant de la position tarifaire 3604 notamment le 36 04 10 00 00 et 36 04 90 00 00. 

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé