Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

SOCIETE

Dans l’optique de faire face aux attaques terroristes que connait le Burkina Faso, la jeunesse de l’association «Engagé pour le G5 Sahel» a décidé, à l’instar des chefs d’Etat, de s’impliquer dans la campagne de protection des populations face aux menaces terroristes. Face à la presse le samedi 29 décembre dernier, le bureau de cette nouvelle association a décliné ses objectifs et ses missions.

L’association «Engagé pour le G5 Sahel», au regard de cette situation de «guerre», voudrait selon son président Aboubacar Gansoré, se positionner comme une force citoyenne de conscientisation et de formation des populations.

Pour ce faire, l’association E-G5 Sahel s’est fixée pour objectifs de promouvoir la paix et la sécurité pour un développement durable dans l’espace des pays membres du G5 Sahel notamment le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Aussi d’encourager et accompagner les efforts des pays membres dans la lutte contre le terrorisme et l’islamisme violent par la sensibilisation et l’information. Egalement, créer un cadre de concertation pour les populations et la jeunesse en particulier. 

«Cette campagne que nous entamons est axée sur la mobilisation et l’information des masses et en particulier la jeunesse afin d’optimiser l’initiative prise par nos chefs d’Etat. Ce défi opérationnel ne sera une réussite qu’avec l’implication de toutes les couches sociales et permettre à l’Etat burkinabè d’être plus offensif et efficient dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’islamisme violent» a précisé M. Gansoré.

Et pour mener à bien ces objectifs, l’association va dérouler une série d’activités dans les mois à venir. Il s’agit d’une série de formation des responsables de l’association qui a été prévue dans les semaines à venir afin de renforcer les capacités de tout un chacun sur la prévention de l’extrémisme violent dans l’espace G5 Sahel notamment au Burkina Faso. «Nous avons également en projet de réunir les jeunes leaders des différents pays membres du G5 Sahel à réfléchir sur les voies et moyens pour lutter contre le terrorisme» a fait savoir M. Gansoré en indiquant qu’une série de visites officielles sera faites en direction des autorités coutumières et religieuses et de certains leaders d’opinions en vue d’une plus grande implication dans la lutte.

Pour le président de E-G5 Sahel, la question sécuritaire dans le contexte actuel ne relève exclusivement pas de la seule responsabilité des Forces de défense et de sécurité. A l’entendre, elle implique une participation active de la population dans toute sa composante qui doit faire bloc autour de son armée et de ses services de sécurité dans un élan patriotique. L’association a été portée sur les fonts baptismaux le 11 décembre 2018 et son bureau exécutif compte 15 membres.

 

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé