Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

SOCIETE

Deux policiers et une dame ont trouvé la mort, ce samedi matin, au cours d’une interpellation à Nafona, dans la commune Soubakagnedougou, dans la Comoe. 

Selon des sources concordantes, sur ordre du procureur de Banfora, les hommes de tenue sont allés pour interpeller cinq personnes impliquées dans un conflit foncier. La tante d’une d’elle s’est opposée à l’arrestation.

La police a alors fait des tirs de sommation dont une balle a fauché mortellement la dame. La population a, en représailles, tué deux policiers dont le commandant de Banfora et le commissaire de district de Soubakagnedougou. 

Selon plusieurs sources locales, le conflit foncier date de juillet 2016 et oppose, un habitant de Kankalaba qui exploite le champ depuis 40 ans aux autochtones de Nafona. La justice avait tranché en sa faveur. Mais les populations lui avaient interdit l’accès de son champ. 

En août 2018, il a interpellé la justice et la police avait convoqué les «condamnés».

Se sentant lésés, ils ont saccagé son domicile.

Une nouvelle convocation leur a été adressée. Ils ont opposé un nouveau refus d’obtempérer. C’est ainsi que le procureur a donné mandat à la police de les interpeller.

SIDWAYA

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé