Aujourd'hui,
URGENT
Brexit: les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit par 432 voix contre
Justice: la CPI acquitte Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé et exige leur libération immédiate
Ouagadougou: un mort dans une explosion dans une villa contenant des substances explosives au quartier Silmiyiri (arrondissement 9)
Football: Salitas FC a été battu (1-0) par Al Nasr de Benghazi au match aller du tour de cadrage de la Coupe de la Confédération
Mali: le Comité International de la Croix-Rouge dresse un bilan préoccupant de la situation humanitaire
Criminalité faunique: deux présumés trafiquants burkinabè interpellés avec des peaux de cinq félins par le ministère de l'environnement
Burkina: l'Etat d'urgence prorogé pour une durée de 6 mois par l'Assemblée nationale
Burkina: le Colonel-Major Moïse Mimingou est nommé Chef d’Etat-Major Général des Armées
Burkina: le Colonel-Major Moïse Mimingou du Groupement Central des Armées est nommé Général de Brigade
Burkina: Amnesty International invite les autorités à ouvrir "urgemment" une enquête "indépendante et impartiale" sur le drame de Yirgou

SOCIETE

Deux policiers et une dame ont trouvé la mort, ce samedi matin, au cours d’une interpellation à Nafona, dans la commune Soubakagnedougou, dans la Comoe. 

Selon des sources concordantes, sur ordre du procureur de Banfora, les hommes de tenue sont allés pour interpeller cinq personnes impliquées dans un conflit foncier. La tante d’une d’elle s’est opposée à l’arrestation.

La police a alors fait des tirs de sommation dont une balle a fauché mortellement la dame. La population a, en représailles, tué deux policiers dont le commandant de Banfora et le commissaire de district de Soubakagnedougou. 

Selon plusieurs sources locales, le conflit foncier date de juillet 2016 et oppose, un habitant de Kankalaba qui exploite le champ depuis 40 ans aux autochtones de Nafona. La justice avait tranché en sa faveur. Mais les populations lui avaient interdit l’accès de son champ. 

En août 2018, il a interpellé la justice et la police avait convoqué les «condamnés».

Se sentant lésés, ils ont saccagé son domicile.

Une nouvelle convocation leur a été adressée. Ils ont opposé un nouveau refus d’obtempérer. C’est ainsi que le procureur a donné mandat à la police de les interpeller.

SIDWAYA