Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring

SOCIETE

Ceci est un communiqué du ministère en charge de l’Education nationale relatif aux différents actes d’agressions contre les enseignants dans le domaine scolaire.  Le ministre Stanislas Ouaro tout en condamnant ces actes, a rassuré les acteurs de l’éducation qu’il suit la situation de près.

Le 24 janvier 2019 une directrice d’école fût agressée à Mogtédo dans le Ganzourgou, plutôt, le 22 janvier 2019, deux enseignants de l’école primaire publique de Farakan A, à Bobo Dioulasso ont été agressés par des parents d’élèves. En attendant que la Justice puisse situer les responsabilités, le Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales tient à condamner ces actes dont les victimes sont ceux qui donnent le savoir à nos enfants. Ces incidents qui ne sont pas les premiers du genre ternissent non seulement l’image de notre système éducatif mais aussi mettent en mal les valeurs de civisme que nous inculquons aux enfants.

Par ailleurs, le Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales rappelle qu’il existe un texte qui protège le domaine scolaire.

En effet, le DECRET n* 926/PRES/PM/MATDSI/MJDHPC/MINEFID/MENA DU 03 octobre 2016 portant PROTECTION DU DOMAINE SCOLAIRE stipule en sont CHAPITRE 2, ARTICLE 5 que le domaine scolaire est inviolable. Aucun individu autre que les enseignants, les apprenants et les personnels qui travaillent dans les structures éducatives, ne peut y pénétrer à quelque moment que ce soit, soit sans autorisation du premier responsable de la structure éducative, à des desseins autres que de renseignements en rapport avec la vie scolaire.

L’ARTICLE 13 précise que sont constitutifs d’atteinte morale aux enseignants : les menaces quelle que soit leur forme, les injures, la divulgation de la vie privée, la diffamation et les actes d’humiliations.

En son ARTICLE 14, le décret indique que sans préjudice des sanctions civiles et pénales conformément aux Codes Civil et Pénal, la violation des dispositions du présent décret est passible d’une peine d’amende de 300.000 FCFA A 1.500.000FCFA.

En outre le Ministère en charge de l’éducation tient à rassurer les acteurs de l’éducation qu’il suit la situation de près et fait confiance à la justice burkinabè quand à un règlement conséquent de ces incidents.

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé