Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie
CDP: le député Yahya Zoungrana et d’autres militants «exigent» la démission d’Eddie Komboigo
Burkina: les médias dénoncent le caractère liberticide de certains articles du futur Code pénal

SOCIETE

Créée en 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire, Woman leader est une association à but non lucrative qui œuvre pour la promotion du genre, le développement féminin, le leadership de la femme et l’autonomisation de la jeune fille. Dans l’optique d’étendre ses tentacules dans la sous-région, la section Burkina a été lancée ce samedi 16 mars 2019 à Ouagadougou par sa présidente, Tara Nikiema.


«Nous sommes des femmes en devenir et la jeune fille a un potentiel et une place de choix à côté de l’homme dans la société», explique Johanne Djakpassou, présidente de Woman leader/Burkina qui estime que «l’avenir se prépare maintenant.» Woman leader se veut donc un creuset de partage d’expériences, d’échanges, de conseils et de promotion du leadership de la femme en générale.

A l’occasion du lancement de ses activités à Ouagadougou, l’association a bénéficié de la présence et des conseils de femmes et hommes de diverses couches sociales. Fortes de plus de 800 membres, Woman leader/Burkina invite toutes les personnes éprises de la question du genre, à l’accompagner pour l’atteinte de ses objectifs. Lesquels objectifs sont entre autres, la sensibilisation des jeunes filles sur les bonnes pratiques au sein de la société, la prise de conscience de leur devenir, les bonnes pratiques dans la vie conjugale etc. Elle compte d’ailleurs sur l’implication des «mamans» et «papas» dans la mise en œuvre de son plan d’action qui consiste essentiellement à l’organisation de conférences débats, de dons aux enfants orphelins etc.

«L’accès à l’éducation est difficile pour la jeune fille aussi bien en Côte d’Ivoire qu’au Burkina Faso.  Nous souhaitons donc un système de mentorat qui permettra à nos mamans et papas d’aider les enfants qui sont dans le besoin. Ceci aidera à régler en partie le problème parce que nous ne devons pas compter que sur les Etats», fait remarquer Tara Nikiema. Pour elle donc, il est temps que la jeune fille prenne son destin en main. Après le Burkina, d’autres pays tels que le Bénin, le Togo sont en ligne de mire en vue d’étendre le champ d’action de l’association.
 
 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé