Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

SOCIETE

Le 21 mars dernier, le maire Mamoudou Maiga dit Mehaou de la commune de Markoye, province de l’Oudalan et son chauffeur avaient été enlevés et plus tard, le chauffeur a été libéré par les ravisseurs. A la faveur d’une conférence de presse ce vendredi 12 avril 2019, Saïdou Maïga, maire de la commune de Falangoutou, est revenu sur le sujet.

«Nous n’avons pas d’informations sur la situation actuelle du maire de Markoye», affirme d’emblée Saïdou Maïga qui se demande pourquoi le maire Mamoudou Maiga a été enlevé au même endroit où il avait essuyé des tirs de personnes non identifiées en octobre 2018. Selon les propos du maire, les ravisseurs de son homologue sont bien connus ainsi que leur lieu de refuge. Président de l’Association des maires du Burkina Faso de la région du Sahel, M. Maïga indique que c’est une situation malheureuse parce que selon lui, tous les maires sont en insécurité et malgré les interpellations sur la situation d’insécurité que vivent les élus locaux, rien n’est fait jusque-là par l’Etat central.

«Le maire Mamoudou Maiga et moi avions communiqué la veille de son enlèvement et il m’informait que des personnes l’ont pourchassé en vain lorsqu’il partait à Dori. Je lui ai alors dis de faire attention. Cette personne avait-elle besoin de demander une escorte ou encore de garde du corps ? Cela devait être systématique de la part de l’Etat surtout que le problème a été clairement posé à qui de droit», fustige M. Maïga. Il ajoute que ce n’est pas l’imprudence du maire Mamoudou Maiga mais plutôt l’inaction de l’Etat à un certain degré qui a abouti à son enlèvement. Espérant un dénouement heureux de cette situation, Saïdou Maïga invite le gouvernement à tirer toutes les conséquences et à prendre les mesures conséquentes.


Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé