Aujourd'hui,
URGENT
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août
Hadj 2019:  "Le contingent burkinabè a enregistré au total cinq décès" (Abdoul Moumine Zoundi Ilboudo /Radio Oméga). 
Burkina  : 20 peaux de crocodiles et 2 pointes d’ivoire d’éléphants saisies par le service des Eaux et Forêts. 
Jeux africains : les Étalons juniors font match nul face au Nigéria ce 16 août 2019 (1-1). 
RDC: deux médicaments testés sur des malades sont parvenus à réduire significativement le taux de mortalité de Ebola
Etats-Unis: Trump assouplit la loi de protection des espèces menacées aux États-Unis
Burkina: l'UAS dénonce le mépris du gouvernement quant aux conditions de reprise du dialogue social
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré échange avec les chefs des circonscriptions administratives sur la gestion des crises 
Tanzanie: une soixantaine de morts après l’explosion d’un camion-citerne

Photo: DCPM/MATDSI

SOCIETE

Une délégation des transporteurs et des chauffeurs routiers du Burkina Faso était face au ministre en charge  de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, et son collègue des Transports, Souleymane Soulama, ce mardi 17 janvier 2017. Les échanges ont porté sur les tracasseries routières.


«Il y a trop de rackets sur nos voies», se sont plaint les transporteurs devant les deux ministres. Prenant l’exemple de l’axe Ouaga-Pô, Guy Olivier Ouédraogo, secrétaire général de la Fédération syndicale burkinabè à laquelle est affiliées l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB) a expliqué que si ils doivent être contrôlés «par exemple 11 fois, ce n’est pas facile. Nos chauffeurs perdent trop de temps et beaucoup d’argent».

En réponse, Simon Compaoré leur a conseillé de veiller à être en règle vis à vis des documents. Et si malgré tout ils sont victimes de tentative de racket, Ils peuvent se tourner la «police des polices», qui a vu le jour pour faire baisser les rackets.

Cette police des polices installée en septembre 2016 et baptisée «Contrôle des services de sécurité», est composée d’une quarantaine de membres et chargée du contrôle des services de sécurité est chargée du contrôle des actions des forces de sécurité déployées sur les différents axes du Burkina Faso.

Le ministre en charge de la Sécurité intérieure a ajouté que si ces contrôles existent, c’est parce qu’ils sont nécessaires.  «Si les gendarmes et les policiers font ces contrôles, ils savent pourquoi ils le font. Contentez-vous de présenter les documents afférents aux véhicules en règles. Et Si, les forces de sécurité vous demandent de payer de l’argent alors que vous êtes en règle vis-à-vis de vos documents, ne payez pas ! Restez sur votre position et avisez nous», martèle M. Compaoré.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé